Patrice Bosch reprendra sa place derrière le banc des Inouk vendredi soir.

Le retour à la vraie vie pour Patrice Bosch

Patrice Bosch s’apprête à revenir «à la vraie vie», pour reprendre ses propres mots. Son aventure à la barre d’Équipe Canada Est au Défi mondial de hockey junior A étant derrière lui, il va reprendre possession de ses bureaux du centre sportif Léonard-Grondin mercredi.

On a joint Bosch à l’aéroport d’Edmonton mardi midi. Une longue journée de voyagement l’attendait. Et il avait hâte de rentrer à la maison et hâte de retomber dans ses dossiers des Inouk.

«On n’a pas remporté un seul match au Défi mondial, mais je reste fier du travail accompli par notre équipe, a expliqué Bosch, dont la formation a perdu les quatre matchs auxquels elle a pris part. Mais on va se dire les vraies affaires : c’est un gros tournoi et les clubs venus des États-Unis et de la Russie sont de grosses machines. On a fait ce qu’on a pu et, malgré notre fiche, on n’a pas à être gênés de notre performance.»

Plusieurs porte-couleurs des États-Unis et de la Russie présents à Bonnyville vont faire leur chemin jusqu’à la Ligue nationale. Les Américains ont d’ailleurs disposé des Russes en finale du tournoi.

Thomas Caron a été blanchi lors des quatre matchs d’Équipe Canada Est. Mais selon Bosch, «il a fait ce qu’il avait à faire, d’autant plus qu’il était légèrement blessé».

Bosch en était à sa deuxième et dernière expérience en tant qu’entraîneur en chef d’Équipe Canada Est. C’est la fin de l’aventure pour lui. «J’adore travailler pour Hockey Canada, mais il est temps de laisser la place à quelqu’un d’autre», a-t-il dit.

Pas question de transiger pour transiger

Même s’il était à quelques milliers de kilomètres de Granby, Bosch sait tout ce qui s’est passé chez les Inouk pendant son absence. Il était en contact quotidien avec ses adjoints, principalement Patrick Bergeron, qui agissait comme patron derrière le banc. Dimanche, il a même regardé le match opposant son équipe au Révolution du Lac Saint-Louis via internet.

«Avec la technologie d’aujourd’hui, on n’est jamais plus loin d’un endroit que de son ordinateur, a-t-il souligné. Je reviens, mais je sais ce qui se passe, je suis à jour.»

Il sait que la période des transactions est commencée dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec. Et quand on lui demande s’il s’attend à ce que ça bouge pour la peine d’ici au 10 janvier, il avoue ne pas trop savoir quoi répondre.

«Il y a plusieurs équipes qui se considèrent comme acheteuses alors que, chez les équipes qui sont vendeuses, il n’y a pas tant à offrir. Honnêtement, je n’ai pas l’impression qu’on assistera à un festival de transactions, mais on ne sait jamais…»

Bosch a toutefois laissé tomber quelque chose de fort intéressant : il ne transigera pas pour transiger. Parce que ses joueurs «ont mérité le droit que j’y réfléchisse à deux fois avant d’effectuer quelque changement que ce soit».

«On a un très bon groupe de joueurs. Et honnêtement, quand je regarde l’alignement, je ne me dis jamais : ‘‘Faudrait s’améliorer à telle place’’. Jamais!»

Du renfort de la LHJMQ?

S’il ne transigera pas pour transiger, il ne dira pas non, bien sûr, si la LHJMQ lui envoie du renfort. Il n’a pas voulu nommer de noms, mais il surveillera assurément ce qui arrivera avec les attaquants Frédéric Abraham, de Val-d’Or, Jérémy Rainville, de Sherbrooke, ainsi que le défenseur Jérémie Major, de Rouyn-Noranda, dont les droits dans la LHJAAAQ appartiennent tous aux Inouk, au cours des prochaines semaines.

À l’opposé, seul Thomas Caron pourrait graduer dans la LHJMQ.

Au sujet de ses sept joueurs de 20 ans, Bosch dira qu’il ne planifie pas libérer ou échanger qui que ce soit.

«Tant que les gars sont heureux et que personne ne se plaint, y’a pas de problème de mon côté. Si le fait de devoir retrancher un joueur de temps en temps fait des malheureux, on va réagir. Mais c’est arrivé à peine trois ou quatre fois, depuis le début de la saison, qu’il a fallu faire un choix.»

Le défenseur de 20 ans Hubert Cyrenne-Blanchard, encore blessé à l’épaule, est absent pour une période indéterminée. Il n’a joué que neuf matchs depuis le début de la saison. Vendredi dernier, Simon Lavoie, un autre défenseur de 20 ans, a aussi passé un tour en raison d’une blessure.

Les Inouk disputeront leur dernier match avant la pause des Fêtes ce vendredi en affrontant l’Arctic de Montréal-Nord au centre sportif Léonard-Grondin.