Le Pile ou Face (en blanc) a défait le Centre MNM de Laval 6-1 en quart de finale de la classe A masculin. Le club granbyen a ensuite été blanchi 7-0 dans le carré d'as.

Le Red Lite triomphe dans la classe A à la Classique Burrows

Le Red Lite de Montréal a remporté les grands honneurs de la prestigieuse classe A masculin, samedi soir, dans le cadre de la Classique Burrows Granby de hockey-balle.
La Classique Burrows Granby rassemblait 230 équipes et près de 2000 joueurs ce week-end.
Avec une trentaine de secondes à faire au temps régulier, le Red Lite tirait pourtant de l'arrière 3-2 face au Bistro La Chambre de Terrebonne­. Dominic Morency a toute­fois intercepté une tentative de dégagement de Matthieu Ferron­, avant de décocher un puissant tir frappé dans la partie supérieure. 
Le match s'est donc transporté en prolongation. Considéré comme un des meilleurs joueurs au pays, Yannick Labonté a fait la différence dans la dernière minute de jeu. Posté à l'arrière du filet adverse, le numéro 23 a surpris le gardien Mytia Moisseron­ avec un « jeu tourniquet ». 
Les joueurs du Red Lite ont ainsi remporté une bourse de 5000 $ ainsi que plusieurs articles aux couleurs de la Classique Burrows Granby. Trois clubs locaux étaient également inscrits dans la classe reine du tournoi. 
Blanchie 7-0 en demi-finale par le Bistro La Chambre, la formation du complexe Pile ou Face n'a pu répéter ses exploits de l'été dernier, alors qu'elle avait été sacrée championne à domicile. La déception demeurait vive dans le camp granbyen au lendemain de cette sévère correction. 
« Ils avaient une très bonne équipe. Mais on dirait qu'on n'a pas été capables de s'adapter à la pluie. Ça n'a pas joué en notre faveur », a commenté Charles Monette. 
Par ailleurs, le Powergym 500/Dek hockey Dix10 a été freinée en quart de finale, battu 8-4 par le Red Lite. « Ils ont un powerplay dévastateur. Ça nous a fait très mal. (...) Si on avait connu un meilleur début de tournoi, on n'aurait pas eu à les affronter aussi tôt », souligne le gardien­ et capitaine Miguel Fortin. 
Le Powergym 500/Dek Dix10 alignait notamment Anthony Beauregard­ et Philippe Sanche, deux attaquants qui ont connu des passages prolifiques dans la Ligue de hockey junior du Québec. 
Au tour précédent, le Powergym 500/Dek hockey Dix10 avait éliminé l'autre club granbyen, le Distribution M/Dek hockey Dix10, grâce à un gain de 7-4. 
Bien qu'elle misait sur un ancien choix de première ronde de la LNH en Alex Bourret, cette formation a dû se contenter d'une défaite et de trois verdicts nuls. 
« Nous étions très jeunes et inexpérimentés, alors nous voulions surtout donner un bon spectacle et tenter de causer des surprises (dans le tournoi) », a indiqué Steven­ Demers.
Des finalistes locaux
Un total de 17 catégories étaient à l'horaire ce week-end. En finale du A féminin, le Powerball de Montréal­ s'est imposé 5-4 contre une formation au nom pour le moins étonnant : les Grands polatouches­ de Powerball. 
Des clubs de la région ont également tiré leur épingle du jeu. Les spectateurs ont notamment pu assister à une finale entièrement locale dans la classe U15. Le Dek hockey Dix10 a alors vaincu la Green Machine de Cowansville au compte de 5-4. 
Les Kids de Granby (D masculin) et le Pile ou Face (E féminin) se sont inclinés dans le match ultime de leur catégorie respective. 
Rappelons que la Classique Burrows Granby rassemblait 230 équipes et près de 2000 joueurs ce week-end. On peut visionner plusieurs matchs, y compris la finale du A masculin, sur la page Facebook de la Coupe Burrows.
Un succès malgré la pluie
Si les prévisions météorologiques ont fait craindre le pire aux organisateurs de la Classique Burrows Granby, le tournoi s'est finalement bien déroulé ce week-end. 
Quelques matchs ont dû être disputés sous la pluie, mais on ne rapportait aucun retard inhabituel dimanche en fin d'après-midi. 
« Les gens sont de plus en plus préparés. La plupart des joueurs ont des souliers pour la pluie et tout ce qu'il faut », a indiqué Simon Leblanc, président et cofondateur de la Coupe Burrows. 
Il n'a donc pas été nécessaire de recourir aux surfaces intérieures des centres granbyens. 
En raison du mauvais temps, les gradins étaient certainement moins bondés que l'an dernier, les participants préférant se réfugier sous les chapiteaux érigés sur les différents sites de compétition. 
Satisfait de l'achalandage, Simon Leblanc parle tout de même d'une franche réussite. « Avec un scénario deux semaines plus tôt, c'est un peu plus froid et plus gris. Mais l'atmosphère est toujours à la fête. Les équipes semblent bien heureuses. » Jonathan Gagnon