Mitch Thompson n’est pas reconnu pour sa modestie, les amateurs de lutte de Granby le savent.

Le plaisir de Mitch Thompson

Mitch Thompson a un rendez-vous important samedi soir. Avec Van Hawk, qu’il a un temps adulé, mais qu’il veut maintenant pousser à la retraite pour de bon.

L’affrontement Thompson-Van Hawk s’annonce comme un des moments forts du gala de la GEW, l’organisation de lutte de Granby, qui s’installe au complexe sportif Artopex pour une deuxième année de suite afin d’y présenter Uprising, son gros show de fin de saison.

« Ça va être bon !, promet Thompson, une des têtes d’affiche de la GEW depuis plusieurs années. Van Hawk remonte dans l’arène à l’occasion, mais je pense que son temps est fait. Et ça prend quelqu’un pour lui montrer. Pis cette personne-là, ça va être moi. »

Thompson n’est pas reconnu pour sa modestie, les amateurs de lutte de Granby le savent. Ils ont une relation amour-haine avec lui.

Le mélange des genres

Sébastien Théberge, alias Mitch Thompson, lutte depuis 13 ans. Il a commencé à s’intéresser à ce sport alors qu’il était ado. Mais la piqûre, il l’a attrapée lorsqu’il a commencé à véritablement s’entraîner.

« J’adore le mélange de sport et de spectacle et le mélange entre l’athlète et le personnage, explique-t-il en abandonnant justement son personnage de Mitch. Pour être un bon lutteur, pour que le public t’aime ou qu’il aime te détester, ça prend plusieurs qualités. Je travaille fort, j’essaie toujours de m’améliorer et de faire évoluer Mitch. »

Au début, Mitch était un sauveteur. Mitch, comme dans Mitch Buchannon, de Baywatch. Il est aujourd’hui davantage un athlète complet. Mais il n’a jamais perdu son côté vaniteux.

« J’aime ce qu’on fait à la GEW. On a du plaisir et on donne du plaisir aux gens qui viennent nous voir. Mais il y a encore plein de monde qui ne savent pas qu’il y a de la lutte à Granby. C’est un peu dommage parce que tous ceux qui viennent nous voir finissent toujours par revenir. »

Mais Théberge ne se contente pas de lutter chez lui, à Granby. Il se produit à Montréal, en Ontario et parfois même aux États-Unis.

« Est-ce que je rêve à une carrière internationale ? J’y pense parfois, mais je ne cours pas après ça. J’ai trois jeunes enfants et j’ai un bon emploi. Avec les responsabilités familiales, je suis tout de même moins actif qu’avant. »

En fait, c’est peut-être ceux que Théberge entraîne, à son école Les Aspirants, qui auront cette grande carrière.

« Je donne beaucoup de mon temps à la relève. Et je peux vous dire une chose : la relève est très prometteuse à Granby. Le talent est là, il suffit de le développer comme il faut. »

Ceci dit, Mitch Thompson ne semble pas sur le point de raccrocher.

« J’ai encore beaucoup de fun. L’important, c’est d’avoir l’impression de continuer à apporter quelque chose au spectacle. Et j’ai encore cette impression-là. »

Il entend d’ailleurs le démontrer face à Van Hawk samedi.

Tables, échelles, chaises... et titre à l’enjeu

Des combats par équipe, un combat féminin, un combat royal et une bataille « tables, échelles et chaises » seront aussi à l’affiche de la soirée de lutte présentée au complexe sportif Artopex.

La récompense du combat « tables, échelles et chaise » est intéressante : le titre provincial. Et ils seront quatre à vouloir la ceinture : Dave Sharp, le champion défendant, Zircon, Gamer Kid et Black Eagle.

On peut se procurer des billets en prévente (20 $ pour les adultes et 10 $ pour les enfants) au magasin EB Games des Galeries de Granby. Sinon à la porte, samedi soir.