Le président de l’OSBL qui opérera les Inouk, Richard Morasse, entouré de plusieurs des membres de son conseil d’administration. L’optimisme et l’enthousiasme sont de mise au sein du groupe.

Le nouveau départ des Inouk

Le processus a été long, il a même été interminable. Mais les Inouk sont maintenant opérés par un organisme sans but lucratif (OSBL), dont les membres ont été présentés aux médias et à la dizaine de partisans présents au Cégep vendredi matin.

Les gens de l’organisation parlent d’un « vent de fraîcheur ». Assurément, on peut parler d’un nouveau départ pour les Inouk, qui entameront leur 15e saison à Granby au mois de septembre.

Tel qu’annoncé par La Voix de l’Est jeudi, le Waterlois Richard Morasse sera le président du conseil d’administration, qui sera formé d’une dizaine de membres. Danny Gélinas (opérations hockey), David Charbonneau (finances) et Charles Robert (communications) seront ses vice-présidents. L’OSBL portera le nom de Club junior de Granby.

M. Morasse, 61 ans, possède un long curriculum vitae. Celui qui a lui-même joué jusqu’au niveau junior au hockey fait dans la gestion de projets et dans le développement des affaires dans la vie de tous les jours, lui qui a été candidat à la mairie de Waterloo à la dernière élection. Il a été impliqué dans de nombreux projets sportifs et communautaires à Waterloo au fil des ans.

« J’aime le hockey, j’aime ce que les Inouk représentent dans la région et c’est la raison première pour laquelle j’ai accepté la présidence de l’OSBL, a-t-il expliqué. Je regarde la qualité des personnes autour de moi et honnêtement, je pense qu’on a ce qu’il faut pour faire quelque chose de très bien, quelque chose qui va rendre les gens fiers de leur équipe. »

Morasse est impliqué dans le dossier depuis deux semaines seulement. Dans ce contexte, il s’est gardé de définir clairement les grandes orientations de l’OSBL. Mais bien sûr, on a eu droit aux généralités habituelles: valoriser les études des joueurs, permettre à ceux-ci de progresser sur le plan hockey, augmenter l’implication de l’équipe dans la communauté, etc.

Marco Bernard bien en selle

Au sein du conseil d’administration de l’OSBL, outre les noms précédemment mentionnés, il y aura Michel Bélanger (représentant du Cégep, il veillera à la réussite scolaire des joueurs), les ex-Inouk Jonathan Delorme et Francis Marchand (opérations hockey) de même qu’Antony Leclerc, Dominic Sicotte et Marco Bernard (administrateurs).

Bernard demeure gouverneur des Inouk et il continuera à prendre de la place. Ainsi, il siègera sur tous les comités de l’OSBL et il sera le représentant du groupe des propriétaires. Car les Inouk — et c’est un élément important — seront encore propriété du groupe actuel de huit hommes et femmes, dont la famille Bernard.

L’entente entre les propriétaires et l’OSBL est d’une durée d’un an. Bref, tout le monde se garde une porte de sortie au cas où.

« Mais on est là pour assurer la pérennité de l’équipe. On pense à long terme », a précisé Richard Morasse, qui a fait bonne impression.

La priorité de l’organisation est maintenant l’embauche d’un directeur général et d’un entraîneur, qui pourrait être la même personne. Selon Marco Bernard, les Inouk ont reçu « des dizaines d’applications, dont une bonne douzaine de qualité ».