Le stock-car sur terre battue, ça se vit véritablement en famille chez les Plante. De gauche à droite : Josianne, Sylvie, Réjean et Maxime.

Le nouveau départ de Maxime Plante

C’est le Championnat mi-saison vendredi soir à l’Autodrome Granby. Et Maxime Plante voit cette étape fort importante du calendrier comme étant celle d’un nouveau départ.

« On a eu des problèmes de vibration sur la voiture depuis le début de la saison, ce qui a entraîné un paquet de problèmes, explique le Maskoutain. C’est pas compliqué, je ne sais pas si j’ai réussi à compléter trois courses jusqu’à date. Mais là, on a mis le doigt sur le bobo. Enfin, je vais pouvoir pousser au maximum comme tout le monde. »

Plante en est à sa cinquième saison en modifié, classe dans laquelle il compte une victoire en carrière, remportée à Granby. Mais avant, il a été dominant en STR, où il a enlevé un championnat et puis un autre.

« Les modifiés, c’est autre chose, c’est la grosse affaire. Il y a une adaptation qui doit se faire, il y a cette expérience qui doit se prendre. »

Mais à 22 ans, il a encore du temps en masse devant lui. Et le talent est là.

« Je suis bien entouré. Et j’aime tellement ça ! Il n’y a rien qui bat l’adrénaline que procure la conduite d’une voiture de course. Honnêtement, je me vois faire ça pendant très longtemps… »

Plante participe au championnat à Granby et à Saint-Marcel. Il court aussi en alternance à Drummondville et à Plattsburgh.

En famille

Le stock-car sur terre battue, ça se vit véritablement en famille chez les Plante. La sœur de Maxime, Josianne, court également en modifié alors que la mère et le père des pilotes, Sylvie et Réjean, lui-même un ancien compétiteur, sont à la tête de l’équipe.

« Les gens me demandent souvent comment est-ce que j’aime vivre ma passion pour mon sport en famille, mentionne Maxime. Le plus honnêtement du monde, j’adore ça. Il y a même quelque chose d’émouvant là-dedans. On a du plaisir ensemble, on vit nos déceptions ensemble, on est tous là un pour l’autre. Nos parents font énormément pour nous et on l’apprécie. »

Et entre Josianne et Maxime, il n’y a pas de compétition. En passant, Josianne devance actuellement Maxime au classement.

« On s’aime trop et on se respecte trop pour se faire des problèmes en piste. On blague des fois, je lui dis parfois que je vais la brasser, mais je ne ferais jamais ça. Si, un soir, un doit laisser passer l’autre, il va le faire.

« Les courses, c’est un gros trip familial chez nous. Vivre une passion aussi intense en famille, c’est un vrai de vrai privilège. »

Et maintenant que les problèmes de vibration sur sa voiture semblent réglés, tout le monde risque de s’amuser encore plus.