Ex-capitaine des Maroons de Waterloo, dans la Ligue senior AAA, Alex Côté n’a pas mis de temps à faire sentir sa présence avec les Bulls.

«Le meilleur est à venir» pour les Bulls

Après avoir dirigé les Maroons de Waterloo, les Sportifs de Joliette et le Cuisines Action de Farnham, Michel Deschamps a encore le goût de faire du hockey. Et voilà pourquoi il se retrouve derrière le banc des Bulls de Bedford, de la Ligue senior Richelieu.

« Je ne fais pas du hockey parce que je m’ennuie, mais seulement parce que j’aime ça, lance-t-il. Aussi, j’aime les défis et il y en a un beau à relever à Bedford, un bel endroit pour diriger. »

Deschamps et les Bulls ont une fiche de deux victoires et trois défaites, eux qui occupent le sixième rang (sur huit équipes) du classement général de la LHSR. Et ils ont un gros week-end devant eux avec la visite du Cuisines Action (3-1) vendredi soir et celle du JC Perreault HC de Saint-Roch-de-l’Achigan (3-2) 24 heures plus tard à l’aréna de Bedford.

« Nous n’avons pas un gros début de saison, mais nous avons remporté deux de nos trois derniers matchs et la défaite est survenue face à une équipe (Saint-Roch, sur la route) qui alignait quelques joueurs de la Ligue nord-américaine. On progresse, on va continuer à progresser et ça risque d’être intéressant tantôt. Le meilleur est à venir. »

Deschamps a frappé un bon coup récemment lorsqu’il a enrôlé l’ex-capitaine des Maroons (ceux du senior AAA) Alex Côté, qui est encore capable de jouer du bon hockey à 36 ans. À preuve, il a amassé cinq points en deux matchs jusqu’ici avec les Bulls.

« Alex a sa place sur notre premier trio en compagnie de Marc-Antoine Lamoureux-Bisson et (l’ex-Inouk) Samuel Courtemanche. Il n’avait plus envie de jouer dans le senior AAA, mais la Ligue Richelieu lui convient parfaitement. Autant dans le vestiaire que sur la patinoire, c’est un gros atout. »

Pour le reste, les Bulls ne sont pas mal pris en attaque avec les Maxime Drouin, Jason Lanoue, Guillaume Pelletier et David Grégoire. Mais Deschamps est aux aguets et veut ajouter plus de profondeur encore à son offensive.

« J’ai des contacts partout, dans toutes les ligues seniors, et je suis avec attention ce qui se passe. »

À cet effet, les Bisons ne sont pas à court d’attaquants et on ne doute pas un instant que Deschamps, qui a encore des amis dans l’organisation, jette régulièrement un œil à l’alignement granbyen.

« Là où la situation est plus problématique, c’est en défensive, reprend-il. Les frères Cusson (l’ex-Inouk Yannick et Kevin) sont solides, mon capitaine David Gasser aussi, mais il me manque souvent des joueurs. »

Devant les buts, Jean-Philippe Thibault, Charles-Antoine Poirier-Turcot et Olivier Davignon, actuellement blessé, vont se partager le travail.

Félip Bourdeau, un autre ex-Inouk, a pour sa part disputé deux matchs avec les Bulls (un but, deux passes), mais il a recommencé à avoir des symptômes de la commotion cérébrale qu’il avait subie la saison dernière dans le junior AAA. On devrait le revoir à Bedford, mais, question de garder la forme en attendant, il joue dans le junior A, au sein d’une ligue sans contact.

Du talent

Michel Deschamps le répète : ses Bulls, qui se sont inclinés au premier tour des séries la saison dernière, ont un beau potentiel.

« Le talent est là, c’est clair, tranche-t-il. Mais comme c’est souvent le cas au hockey senior, l’absentéisme nous fait mal. Il faut mettre de l’ordre dans la cabane et je suis là pour ça. »

Deschamps répète aussi qu’il n’est pas gêné de travailler dans la Ligue Richelieu après avoir œuvré pendant plusieurs saisons dans le senior AAA.

« C’est du hockey rapide, c’est du hockey de qualité. C’est une ligue qui a sa place. Je me plais ici. »