Norbert Gombos, le favori du tableau masculin, semble jouer avec confiance.

Le favori Norbert Gombos veut finir le travail

Contrairement à la plupart des joueurs les mieux classés qui se pointent à Granby, Norbert Gombos ne s’en cache pas : être favori représente une pression supplémentaire.

À la suite de quelques forfaits, le Slovaque de 28 ans est la première tête de série du tableau masculin du Challenger Banque Nationale. Classé 132e au monde, il a bien entamé sa participation au tournoi, mardi, en défaisant le Tunisien Skander Mansouri en des manches de 6-4 et 7-5.

« On va se le dire, tout le monde veut battre le favori, a expliqué Gombos, un bonhomme qui n’a pas peur des journalistes. Et le premier match est toujours difficile, c’est toujours un piège. Quand tu passes à travers, tu es soulagé. »

Gombos a atteint les quarts de finale à Gatineau, lui qui avait remporté le Challenger de Winnipeg tout juste avant. En Outaouais, il avait d’ailleurs croisé Mansouri.

« J’ai mieux joué la semaine passée. Aujourd’hui, c’était correct, sans plus. »

De façon générale, Gombos connaît une bonne année, bien meilleure que celle de l’an dernier, dira-t-il.

« J’ai beaucoup descendu au classement en 2018. En 2017, j’étais monté jusqu’au 80e rang. Mais je joue du bon tennis ces temps-ci. »

En juin, il a remporté le tournoi de Bratislava, capitale de son pays. Il semble jouer avec confiance.

Et il revient à Granby après avoir atteint les demi-finales l’an dernier.

« C’est un beau tournoi, bien organisé. J’aimerais me rendre au bout cette fois. J’ai l’impression que j’ai un travail à terminer. C’est vraiment le sentiment qui m’habite. »

Hibino passe aussi

La favorite chez les dames, la Japonaise Nao Hibino, a aussi remporté son premier match lorsqu’elle a eu le meilleur sur la Britannique Emily Webley-Smith en des manches de 6-2 et 6-4.