Les Maroons tiraient de l’arrière 2-0 dans leur série face aux Mustangs.

Le copropriétaire des Maroons frustré

Le copropriétaire des Maroons, Daniel Roy, trouve « absolument normal » que la sécurité et la santé des athlètes et de la population en général soient la priorité présentement. Mais cela ne l’empêche pas d’être frustré face à la tournure des événements.

« Nous tirons de l’arrière 2-0 dans notre série face aux Mustangs et s‘il y a une équipe qui est capable de renverser la vapeur, c’est bien la nôtre, a-t-il dit. Mais est-ce qu’on aura la chance de la faire ? Je suis loin d’en être certain… »

À Saint-Hubert, samedi dernier, les Maroons menaient 4-3 jusqu’à 19 : 59 minutes de la troisième période. Les Mustangs ont créé l’égalité à la dernière seconde et l’ont ensuite emporté en prolongation. Et Roy l’a encore sur le cœur.

« Ce match-là, il était à nous. Cette série devrait être égale 1-1. Si on nous en donne la chance, on va revenir dans la série. Si on nous en donne la chance… »

Une autre chose inquiète Roy : l’Aréna Jacques-Chagnon ferme pour l’été autour de la mi-avril. Ça va venir vite.

« Ce serait tellement triste que notre saison se termine de cette façon… », a-t-il soupiré.

Surtout, pourrait-on ajouter, qu’il commençait à y avoir une certaine ferveur pour les Maroons. Puisque les Bisons sont en vacances depuis déjà quelques semaines, que les équipes de Bedford et de Farnham de la Ligue senior Richelieu sont éliminées et que les Inouk ne passionnent pas grand monde cette saison, il y avait soudainement une véritable place pour eux.

« Tout ça est frustrant, tout ça est fâchant, mais le bien collectif doit primer… », a terminé Roy.