Le Challenger à... Drummondville?

La pluie annoncée à compter de mercredi après-midi rend les organisateurs du Challenger Banque Nationale de tennis nerveux. Au point où toutes les mesures ont été prises afin que le tournoi déménage ses pénates à... Drummondville, à l'intérieur, plus tard dans la journée.

«Nous n'avons pas le choix de prévenir les coups, a expliqué Francis Milloy, de Tennis Canada, l'adjoint d'Eugène Lapierre à Granby cette semaine. Ultimement, ce sont les gens de l'ATP et de l'ITF qui vont décider si on va à Drummondville. Personne ne souhaite qu'on doive déplacer le tournoi, mais nous n'aurons peut-être pas le choix...»

Pourquoi Drummondville et pourquoi pas Interplus? Parce que la surface du complexe intérieur de Granby n'est pas la même que celle du club de tennis Granby.

Drummondville accueille aussi un tournoi de type Challenger depuis quelques années au printemps.

La pluie tombée en fin de semaine et surtout lundi a fait en sorte que les organisateurs sont déjà un brin en retard dans l'horaire. Le favori français Pierre-Hugues Hébert, par exemple, n'a toujours pas joué son premier match en simple. En théorie, il est attendu mercredi soir sur le court central.

«S'il pleut à compter de l'après-midi et qu'on ne peut plus jouer de la journée, il y a des joueurs qui devront disputer trois matchs (simple et double) dans la même journée jeudi, a repris Milloy. Et ça, l'ATP et l'ITF ne veulent pas.»

Les activités du Challenger ont déjà été déplacés à Montréal par le passé. Mais de mémoire, pour des matchs de qualifications et des matchs de double seulement.