Les Penguins ont pris les devants au premier tiers sur un beau but du défenseur Ian Cole.

Le Canadien s'incline 4-1 devant les Penguins

Les joueurs du Canadien de Montréal sont parvenus à freiner les élans de deux des meilleurs joueurs de la Ligue nationale. Ils ont toutefois oublié que la formation des Penguins de Pittsburgh compte 16 autres patineurs, et ceux-ci ont pris le relais pendant que les hommes de Michel Therrien ont été inertes.
Pour un deuxième match d'affilée, l'attaque montréalaise a connu un match laborieux et les Penguins n'ont eu aucune difficulté à signer une victoire de 4-1 mercredi soir au Centre Bell.
Privés du défenseur Kristopher Letang, les hommes de l'entraîneur-chef Mike Sullvan l'ont emporté grâce à leurs joueurs de soutien, et sans même que Sidney Crosby et Evgeni Malkin ne fassent des flammèches.
Le défenseur Ian Cole (3e) et les attaquants Eric Fehr (6e) et Jake Guentzel (4e) ont déjoué Carey Price pendant les 40 premières minutes de jeu, lors desquelles les joueurs du Canadien ont été léthargiques, du premier au dernier.
Le défenseur Olli Maatta a scellé l'issue du match en inscrivant son premier de la saison à 15:36 de la troisième période.
Deux soirs après qu'ils eurent uni leurs efforts pour amasser sept points dans un spectaculaire gain de 8-7 contre les Capitals de Washington, Crosby et Malkin n'ont obtenu qu'un seul point, une passe de Malkin sur le but de Cole, inscrit tard au premier vingt. Les deux super-vedettes des Penguins n'ont récolté qu'un tir chacun vers le filet du Tricolore.
En fait, c'est Patric Hornqvist qui s'est avéré le plus productif chez les Penguins, avec deux mentions d'aide.
« Nous avons bénéficié d'une solide contribution de tout le monde au sein de l'équipe, a noté Sullivan. Notre quatrième trio (Fehr, Chris Kunitz et Scott Wilson) a connu un excellent match. Il nous a donné de l'énergie au début de la rencontre et a marqué un but important », a aussi loué l'entraîneur-chef des Penguins.
Limités à 18 tirs lundi après-midi contre les médiocres Red Wings de Detroit, les hommes de Michel Therrien ont fait preuve d'imprécision dans leurs tirs et de manque de cohésion au point où ils n'ont testé le gardien Matthew Murray que 20 fois pendant que Price réalisait 22 arrêts.
« Notre niveau de compétition n'était pas assez élevé pour se donner une chance de l'emporter, a tranché Michel Therrien lors d'un point de presse qui a tout juste franchi le seuil des deux minutes. »
« Quand tu ne compétitionnes pas, tu n'as pas de chance », a renchéri Therrien.
De son côté, Price ne peut être blâmé même s'il n'a pas tellement bien paru sur le but de Maatta, qui a contribué à vider les gradins du Centre Bell. Et les spectateurs qui sont restés jusqu'à la fin ne se sont pas gênés pour chahuter leurs favoris.
Le seul but du Tricolore a été réussi tard en deuxième période quand Sven Andrighetto a marqué son deuxième de la saison grâce à un tir dirigé de derrière le filet, qui a touché le gardien des Penguins avant de glisser derrière la ligne rouge.
« Nous avons bloqué des tirs, et les gars se sont sacrifiés. Nous n'avons pas écopé de beaucoup de pénalités, ce qui est excellent. Ce fut un bel effort d'équipe ce soir », a mentionné Murray.
Nouvelles combinaisons
Devant l'inertie de son attaque, l'entraîneur-chef du Canadien a remanié ses trios, en deuxième période, plaçant Phillip Danault entre Max Pacioretty et Andrew Shaw, tandis qu'Alexander Radulov a été muté aux côtés de Paul Byron et d'Alex Galchenyuk.
Shaw a d'ailleurs tenté de relancer ses coéquipiers et rétrécir l'écart au début du troisième vingt, prenant deux bons tirs successifs vers Murray, sans succès. Pour le reste de cette période, et même s'il se trouvait dans une position où il devait forcer le jeu, le Canadien n'a presque rien généré.
Le Canadien reprendra le collier vendredi pour le premier de deux matchs en deux soirs, à Newark, face aux Devils du New Jersey. Le lendemain, le Tricolore sera de retour au Centre Bell pour se mesurer aux Sabres de Buffalo.