« Certains de nos joueurs travaillent fort, d’autres non. Pas assez pour avoir du succès dans cette ligue », a affirmé Patrick Bergeron après les deux corrections encaissées par les Inouk.

Le calvaire des Inouk se poursuit

Moins de 48 h après la défaite de 6-2 subie à Longueuil, les Inouk ont sombré davantage à Saint-Jérôme dimanche après-midi. Sans pitié, les Panthères leur ont infligé une raclée de 9-1.

Lorsqu’on a lui demandé d’expliquer les déboires de sa troupe, qui a maintenant perdu six de ses sept derniers matchs, l’entraîneur-chef Patrick Bergeron a parlé « d’indiscipline », de « manque d’engagement » et de « manque d’émotions ».

« Certains de nos joueurs travaillent fort, d’autres non. Pas assez pour avoir du succès dans cette ligue », a-t-il ajouté, étonnamment calme vu les circonstances.

Les Inouk (fiche de 6-8-2) évoluaient sans trois de leurs meilleurs attaquants le week-end dernier. Nicolas Roy est ennuyé par une blessure réévaluée quotidiennement, tandis que Frédéric Abraham a été rappelé temporairement par l’Armada de Blainville-Boisbriand au niveau junior majeur. Laissé de côté, Anthony Imbeault aurait quant à lui été placé sur le marché des transactions.

Leur absence ne suffit toutefois pas à expliquer ces deux corrections. « D’autres joueurs avaient l’occasion d’élever leur jeu. Plusieurs d’entre eux ne l’ont pas fait », a souligné Bergeron.

De très mauvais départs

Les Panthères (13-3) menaient déjà 6-0 en début de deuxième période dimanche.

Le nouveau Christophe Duplessis-Lebel a ensuite permis aux Inouk de briser la glace. Mais la formation granbyenne n’a pu poursuivre son élan.

Les buts de Charlie Lacombe, Philippe-Olivier Riopel puis Zackary Daneau ont ajouté l’insulte à l’injure lors du troisième engagement.

Vincent Tremblay-Lapalme (trois buts, une passe) et Lacombe (un but, trois passes) ont terminé la partie avec quatre points.

La marque finale semble plutôt logique étant donné que Granby a été dominé 40-20 au chapitre des lancers. Marc-Antoine Dufour a été retiré de son filet après qu’il ait cédé six fois sur 18 tirs. La recrue Nicolas Gendron (19 arrêts) a ensuite fait un travail honnête.

« Un joueur de hockey, ça reste un humain comme les autres. [Marc-Antoine] a le droit d’avoir une mauvaise soirée au bureau. On ne peut pas lui en vouloir, parce qu’on le laisse à lui-même le trois quarts du temps... », a fait valoir Bergeron.

Une impression de déjà-vu

Un scénario très similaire s’est déroulé à Longueuil vendredi soir, alors que le Collège Français a aussi marqué les six premiers buts.

Dans une cause qui semblait déjà perdue, Joakim Bergeron et Samuel Michaud ont profité de pénalités pour réduire l’écart.

Micky Dunberry (un but, deux passes) et Tristan Lamothe (deux buts, une passe) ont récolté trois points pour les locaux, tandis que l’ex-Inouk Gabriel Waked a réalisé 28 arrêts pour signer la victoire.

Dufour a repoussé 33 rondelles.

Deux nouveaux

Avec deux points en autant de matchs, Duplessis-Lebel a connu un solide départ dans l’uniforme granbyen. Les Inouk ont récemment fait son acquisition à titre de joueur autonome.

« Christophe évoluait avec Louiseville dans le senior AAA, où il n’y a pas une tonne de joueurs de 20 ans. Et quand il y en a, le temps de glace est souvent réduit. Il a donc décidé de venir finir son stage junior avec nous », a expliqué Patrick Bergeron.

« C’est un gars qui peut nous amener de la grit et de l’offensive. Il vient compléter nos trios. »

Duplessis-Lebel a disputé 14 rencontres dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec la saison dernière, amassant 10 points avec les Prédateurs de Saint-Gabriel-de-Brandon.

Le joueur affilié Félix-Antoine Houle a aussi effectué ses débuts avec les Inouk vendredi soir. L’attaquant de 16 ans a amorcé la saison dans la M-18 du hockey scolaire.

Les Inouk rependront l’action à Gatineau vendredi prochain, avant de revenir à la maison pour la visite des Prédateurs dimanche après-midi. Bergeron assure qu’un « plan d’action » sera mis en place pour sortir l’équipe de sa série noire.

« C’est sûr qu’une victoire ne ferait pas de tort au moral. Mais on doit d’abord corriger la façon dont on joue. Si on obtient plus d’implication et d’engagement sur une base régulière, on va recommencer à avoir des bons résultats et du plaisir. »