Paulinho y est allé d'un beau lob du pied droit pour ouvrir la marque à la 36e minute, but qui a lancé la Seleçao vers un gain de 2-0 contre la Serbie.

Le Brésil évite les ennuis et poursuit sa route

MOSCOU — Le Brésil est soulagé. Après avoir connu sa part d’ennuis lors de ses deux premiers matchs, la Seleçao a battu sans trembler une courageuse Serbie, mercredi, pour assurer sa place en huitièmes de finale.

«Je vais me permettre un caipirinha, vous pouvez en être certains», a dit l’entraîneur des vainqueurs, Tite, en faisant allusion au cocktail fétiche des Brésiliens. 

Paulinho et Thiago Silva ont inscrit un but chacun dans la victoire de 2-0 des quintuples champions du monde, leur assurant du même coup le premier rang de leur groupe et un duel contre le Mexique, lundi.

Paulinho a profité d’un lob de Philippe Coutinho à la 36e minute. Le milieu de terrain défensif a laissé le ballon rebondir devant lui à proximité de la surface de réparation avant de le botter du pied droit au-dessus du gardien Vladimir Stojkovic, qui avait pourtant les bras tendus vers le ciel. Silva a complété la marque avec une puissante tête à la 68e, à la suite d’un corner de Neymar.

Il y a quatre ans, Paulinho a vécu l’humiliant revers de 7-1 à la maison aux mains des Allemands, en demi-finales. Il dit avoir tant appris depuis, lui qui a quitté Tottenham pour jouer en Chine, avant d’être embauché par Barcelone.

«Beaucoup de choses ont changé dans ma vie et ma carrière. J’ai retrouvé confiance en moi en allant jouer en Chine, ça m’a fait du bien. J’ai mérité ma place ici, j’ai travaillé fort pour l’obtenir. J’ai beaucoup grandi depuis quatre ans.»

«Notre performance a été régulière, linéaire, ça donne de la constance et de la confiance», a réagi le sélectionneur Tite.

Marcelo blessé

Les Brésiliens ont dû toutefois gérer un coup dur dès la 10e minute, avec la sortie de Marcelo, le latéral du Real Madrid animateur majeur du flanc gauche, celui de Neymar.

Boitillant, l’air étrangement groggy, il a cédé sa place à Filipe Luis et a regagné le vestiaire. «Il a eu un spasme musculaire au dos. Je peux dire qu’il ne pouvait pas jouer avec ça», a expliqué Tite après le match, sans plus de précisions.

Neymar, qui a besoin de temps de jeu et d’accumuler de la confiance — le public jaune et vert l’a bien compris, scandant son nom à 5 minutes de la fin après une nouvelle occasion ratée en face à face avec Stojkovic — a joué tout le match. Après le coup de sifflet final, il s’est d’ailleurs montré très souriant, envoyant des baisers vers les tribunes, aux antipodes des larmes versées à la fin de match contre le Costa Rica et très commentées.

Le Brésil a franchi l’obstacle du premier tour, redoutable pour les favoris dans cette édition 2018 du Mondial. Il devra maintenant se remettre sous pression, juste ce qu’il faut, pour affronter les Mexicains. Une autre compétition commence et une nouvelle étoile sur le maillot est désormais à prendre, depuis que les tenants du titre allemands ont été renvoyés chez eux.

+

NEYMAR MARQUE, SA SŒUR SE DÉBOÎTE L'ÉPAULE

Quand Neymar a finalement marqué un but face au Costa Rica (2-0), vendredi dernier, le Brésil tout entier a laissé éclater sa joie, le joueur étoile a versé quelques larmes et sa sœur... s’est déboîté une épaule, a rapporté mercredi une télévision brésilienne. Selon SporTV, Rafaella Santos a célébré avec tant d’enthousiasme la réussite de son frère qu’elle s’est cognée contre une amie et s’est blessée à l’épaule. La jeune femme a ensuite partagé sur les réseaux sociaux une photo d’elle avec le bras en écharpe. Neymar est entré dans l’histoire de la Coupe du monde avec le but le plus tardif, à la septième minute du temps additionnel, vendredi lors du deuxième match de la Seleçao en phase de groupes.  AFP

+

MESSI DEVANT NEYMAR ET RONALDO SUR FACEBOOK

L’Argentin Lionel Messi est le joueur dont on parle le plus sur Facebook depuis le début de la Coupe du monde, devant le Brésilien Neymar et le Portugais Cristiano Ronaldo, selon des données diffusées mercredi par le réseau social. Ce trio est suivi par le Brésilien Coutinho, Mohamed Salah (Égypte), Luka Modríc (Croatie), James Rodriguez (Colombie), Sergio Ramos (Espagne), Toni Kroos (Allemagne) et Andres Iniesta (Espagne). Au total, Facebook a indiqué avoir recensé plus d’un milliard d’interactions (j’aime, partages, commentaires...) liées au Mondial 2018, depuis le début de la compétition, de la part de 250 millions d’utilisateurs du monde entier. L’équipe qui fait le plus parler d’elle est le Brésil et le contenu ayant suscité le plus d’interactions est un message publié par Ronaldo, après le match nul entre le Portugal et l’Espagne.  AFP