«Je n’ai aucun objectif autre que celui d’avoir du plaisir. Je ne sais pas où tout ça va me mener», explique Mathieu Ostiguy, qui vient de faire son entrée dans l‘univers du balado.
«Je n’ai aucun objectif autre que celui d’avoir du plaisir. Je ne sais pas où tout ça va me mener», explique Mathieu Ostiguy, qui vient de faire son entrée dans l‘univers du balado.

Le balado sportif de Mathieu Ostiguy

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
L’ex-patineur artistique Mathieu Ostiguy avait plus de temps à lui pendant le confinement. Et il y a ce vieux projet qui lui trottait dans la tête depuis un bout.

«Dans la vie de tous les jours, je suis un grand consommateur de balados (podcast), explique-t-il. Je m’en sers pour me divertir et pour m’informer, parfois même pour me faire une opinion sur certains sujets. Et je me disais que ça pourrait être l’fun de me lancer là-dedans… un jour. Mais là, j’avais le temps, il n’y avait rien pour m’empêcher de le faire.»

Ostiguy, champion canadien junior en couple en compagnie de Chloe Choinard en 2019, a cessé d’enseigner le patinage artistique en raison de la pandémie. Et même s’il a continué à travailler de jour, il avait toutes ses soirées à lui.

«Ça a été un investissement de temps, mais pas d’argent. J’avais un ordinateur et des écouteurs comme tout le monde et j’ai trouvé un vieux micro à la maison. J’avais tout ce qu’il me fallait. Il ne me manquait que des invités.»

Car Ostiguy avait déjà son concept : il voulait discuter avec des athlètes, aller plus loin que les entrevues qui précèdent et qui suivent les compétitions. Il voulait explorer l’envers du décor. D’ailleurs, son balado s’appelle «Au-delà du sport».

«Bien sûr, je veux donner une visibilité aux patineurs artistiques, mais je veux parler avec des athlètes de tous les sports, car je suis un véritable passionné de sport au sens large. Mais à part pendant les Jeux olympiques, le patinage artistique n’est pas le sport qui retient le plus l’attention des médias et si je peux aider un p’tit peu à ma façon, j’en serai très content.»

Ostiguy estime qu’il a été privilégié pendant sa carrière.

«J’ai été chanceux qu’un quotidien comme La Voix de l’Est s’intéresse autant à moi. Je connais plein de bons patineurs et de bonnes patineuses qui ne font jamais parler d’eux. L’autre jour, une chaîne de sport montrait les plus belles chutes du patinage artistique. S’entraîner toute une vie pour qu’on montre uniquement des images de toi sur tes fesses, c’est triste…»

Surpris

Mathieu Ostiguy l’avoue : il est très surpris par l’ouverture démontrée par les athlètes qu’il a approchés jusqu’ici.

«Tout le monde accepte mon invitation, je n’en reviens pas! Et les athlètes sont généreux. Mon entrevue avec Marianne Saint-Gelais a duré 90 minutes et on aurait pu continuer encore pendant un bout tellement c’était intéressant. Aleksandra Wozniak est très occupée par tous les projets qu’elle entreprend, mais elle a quand même réussi à me donner une belle demi-heure. Je suis très content.»

Ostiguy affirme qu’il s’amuse comme un p’tit fou, mais qu’il n’a pas d’attentes.

«Je n’ai aucun objectif autre que celui d’avoir du plaisir. Je ne sais pas où tout ça va me mener. Pour l’heure, tout ce qui m’importe, c’est de m’amuser et d’apporter un petit chose de plus au milieu sportif.»

On peut écouter «Au-delà du sport» en passant par Google Podcast, Apple Music et Spotify ainsi qu’en passant par les pages Facebook et Instagram de Mathieu Ostiguy. Et il y a aussi sa chaîne You Tube. Bref, il est très difficile à manquer!