Les Cobras de Granby (en noir) et les Cougars de Saint-Constant, dans la classe pee-wee B, ont eu l’honneur d’ouvrir officiellement le tournoi vendredi en début de soirée.

Le 42e Tournoi Lévrard-Trudel est officiellement lancé

C’est un départ pour le 42e Tournoi de hockey atome/pee-wee Lévrard-Trudel au Centre sportif Léonard-Grondin de Granby. Les 32 équipes s’affronteront jusqu’à lundi dans le cadre d’un événement qui marquera assurément l’esprit des jeunes participants.

Débuté officieusement à 11h vendredi matin avec le match opposant les Cobras aux Aigles de Granby dans la classe pee-wee B et lancé de façon plus officielle avec la cérémonie d’ouverture à 17h, le Tournoi Lévrard-Trudel continue cette année de mettre de l’ambiance dans l’aréna granbyen.

Les Cobras de Granby et les Cougars de Saint-Constant ont eu l’honneur de lancer officiellement la fête en début de soirée.

Les encouragements bruyants de leurs familles dans les estrades n’ont pas suffi à faire gagner les Granbyens, qui ont dû s’incliner 7-2 devant les visiteurs. Malgré le pointage défavorable, les Cobras pourront tout de même se vanter d’avoir marqué l’un des plus beaux buts du tournoi. Grégoire Bruneau a trouvé le fond du filet avec un puissant tir du poignet décoché au milieu de la zone offensive.

Toujours dans la catégorie pee-wee B, les Bulls de Bedford ont vaincu les Aigles de Granby 6-3 un peu plus tard dans la soirée.

Au niveau atome A, les Cobras de Granby ont blanchi les Jets de Farnham 3-0 en début d’après-midi et les Panthères de Granby ont perdu 5-3 contre les Mousquetaires 1 de Saint-Hyacinthe.

Rappelons que faute d’un nombre suffisant d’inscriptions, les organisateurs ont dû retrancher la classe pee-wee A en 2019.

Logistique

Le Tournoi Lévrard-Trudel ne modifie que très peu sa formule — une « recette gagnante » selon présidente France Morin — d’année en année. Son organisation comporte tout de même quelques défis pour les bénévoles impliqués, notamment pour ce qui est de l’accueil des équipes.

Avant chaque rencontre, France Morin va à la rencontre des équipes pour leur offrir de petits présents à l’effigie du tournoi.

« C’est compliqué avec les équipes de Granby puisque les joueurs participent pendant quatre ans et j’essaie qu’ils aient toujours des cadeaux différents. Pour garder le fil de ce qu’on leur donne, je garde des archives de tous les cadeaux que l’on donne depuis 2014 », explique Mme Morin.

Puisqu’il s’agit généralement du premier tournoi de la saison pour les équipes participantes, les bénévoles doivent également s’assurer que les entraîneurs apportent les documents nécessaires à leur présence au tournoi.

France Morin assure toutefois que la journée d’ouverture n’est pas nécessairement le plus gros défi du tournoi pour les organisateurs.

« Samedi par exemple, on va fonctionner à trois glaces simultanément le temps de quelques rencontres et lundi, il y a les finales avec les remises de trophées » précise-t-elle.

Place aux jeunes

Poursuivant sur les finales, la présidente du tournoi assure qu’il s’agit de l’une des forces du tournoi.

« On utilise pour quelques instants les lumières spéciales des Inouk. On ne peut pas les allumer trop longtemps parce qu’elles feraient fondre la glace, mais ça donne vraiment une ouverture spéciale. Pour une fois dans leur vie, les joueurs sont présentés par leur nom lorsqu’ils arrivent sur glace. »

Le tournoi ne fait pas uniquement place aux jeunes sur la glace. Sur la galerie de presse, un nouveau présentateur de 13 ans a fait son arrivée dans l’organisation du tournoi.

Loric Jetté était au microphone pour présenter les marqueurs et les punitions vendredi soir.

« Je suis stressé un peu, mais j’aime ça », assure-t-il. Il partagera ce rôle tout au long du tournoi avec sa sœur Charline Jetté, qui a sous sa tuque quelques années d’expérience de plus que son jeune frère.