Les puits de l’Autodrome étaient bien garnis à l’occasion des traditionnelles pratiques qui précèdent le début de la saison.

L'Autodrome Granby reprend vie

Après un hiver beaucoup trop long et beaucoup trop dur, l’Autodrome Granby a repris vie samedi alors qu’on y tenait les traditionnelles pratiques précédant le début de la saison.

« Ça fait au-dessus de 40 ans que je fais de la course (précisément, il entame sa 42e saison) et ce matin, en me levant, j’étais excité comme un enfant ! », a lancé Claude Brouillard, un monument du stock-car sur terre battue.

Le pilote de Sorel-Tracy avoue qu’il est toujours heureux de retrouver la grande famille des courses.

« La saison est intense, mais elle n’est pas très longue, a repris Brouillard, qui a installé un moteur W16 dans son modifié. Alors quand on revoit les autres pilotes, les membres des autres équipes, les fans et tout le monde qui gravite autour de notre petit monde, on est contents. »

Plus loin, dans le coin des sportsman, le Granbyen Félix Murray tenait un discours semblable à celui de Brouillard, bien qu’il aurait pris une semaine ou deux de plus afin de mettre sa nouvelle voiture, une Teo flambant neuve, parfaitement à son goût.

« Avec l’hiver qu’on a eu, on se demandait à un moment donné si on retournerait aux courses un jour ! , a-t-il rigolé. C’est bon de retrouver la gang, c’est bon de retrouver le petit train-train qu’on aime tant. »

Quant à Danick Sylvestre, vice-champion en sport compact la saison dernière, il aimait l’odeur qui flottait dans l’air.

« Ça sent le gaz, ça sent les courses, a mentionné le pilote d’Ange-Gardien. Sérieusement, y’a rien qui sent meilleur que ça ! »

Même s’il manquait de gros noms comme Steve Bernard, Steve Bernier, David Hébert et Michaël Parent, tous partis courir à Plattsburgh, près d’une centaine de voitures ont roulé sur la piste d’un demi-mille samedi. L’ouverture de la nouvelle saison est prévue pour vendredi prochain.