Denis Lamontagne n’a pas fait dans la dentelle lors de son discours précédant l’entraînement. Son message était clair, net et précis.
Denis Lamontagne n’a pas fait dans la dentelle lors de son discours précédant l’entraînement. Son message était clair, net et précis.

Lamontagne: «Ce sera notre année»

Denis Lamontagne avait envie de parler de baseball et non de la COVID, mardi soir au Stade Napoléon-Fontaine, alors que les Guerriers tenaient leur toute première séance d’entraînement de la saison sous un soleil magnifique.

La seule fois où Lamontagne a parlé du virus, c’est lorsqu’il a mentionné que «l’Histoire nous apprend qu’il y a eu une deuxième vague à chaque pandémie. Alors, les gars, profitez des prochains mois au maximum!»

Pour le reste, le gérant des Guerriers n’a pas fait dans la dentelle lors du discours précédant l’entraînement. Le message était clair, net et précis.

«Qu’on joue 20, 40 ou 60 matchs, ça va prendre un champion à l’issue de la saison, a-t-il dit. Et les champions, ce sera nous, les Guerriers de Granby. S’il y a du baseball comme on l’espère, ce sera notre année et celle de personne d’autre!»

Plus tôt, avant de sauter sur le terrain, Lamontagne avait confié à l’auteur de ces lignes que ses hommes devront faire avec la pression cet été.

«On est complets, on a tout ce qu’il faut, on est prêts. Les gens s’attendent à ce qu’on gagne et on veut gagner. C’est simple, ceux qui n’aiment pas la pression ne sont pas à la bonne place.»

La Ligue de baseball junior élite du Québec a annoncé la semaine dernière qu’elle avait en plan d’amorcer sa saison autour du 15 juillet dans le cadre d’un calendrier de 21 matchs. Ceci dit, le circuit Brulotte n’a pas encore obtenu le OK formel de la santé publique. Mais les gens de la ligue sont suffisamment confiants pour qu’un calendrier en bonne et due forme ait déjà été élaboré.

Les Guerriers, à l’intérieur du calendrier en question, n’affronteront que les équipes de leur division, soit Coaticook, LaSalle et Longueuil. Et ils disputeront un match face à l’Académie de baseball du Canada.

Les Guerriers ont enfin renoué avec le terrain du Stade Napoléon-Fontaine.

Langlois : «Ça n’a pas de prix»

Dans une entrevue accordée au collègue Jonathan Gagnon à la fin du mois de mai, Xavier Langlois se faisait à l’idée qu’il n’y aurait pas de baseball en 2020. Mais mardi, le receveur affichait son plus beau sourire.

«Être ici ce soir, ça n’a pas de prix, a-t-il lancé. À un moment donné, c’est vrai que je n’y croyais plus. Mais là, je revis, je suis tellement content!»

À 22 ans, Langlois en aura bientôt fini avec le baseball junior. Et il veut terminer en beauté. «On a une superbe équipe. Moi, je vais tout donner, car c’est ma dernière chance.»

Plus loin, Isaac Mailhot-Bérard ne cachait pas son enthousiasme non plus.

«Je suis heureux de retrouver les gars, je suis heureux d’être au stade, a indiqué le joueurs de premier coussin. Le discours de Denis était très inspirant. Il faut beau, il faut chaud et on joue au baseball. Après ce qu’on a vécu, c’est difficile de demander mieux.»