Les Maroons ont-ils manqué de patience envers Philip Sardinha ?

Labrosse, Sardinha et Guilbault partis

On ne dira pas que les Maroons sont en mode panique, mais les difficultés que rencontre l’équipe à aligner les victoires commencent à déranger sérieusement les dirigeants.

Au cours des 48 dernières heures, les Maroons ont complété trois transactions et ils ont libéré un autre joueur, soit le gardien Félix Guilbault. 

« Nous ne sommes pas satisfaits de l’allure que prend la saison, c’est clair, a lancé l’entraîneur-chef et directeur général associé, Miguel Fortin. On continue à croire que nous ne sommes pas une équipe de milieu de classement et notre incapacité à jouer deux bons matchs de suite nous agace. »

Les Maroons (7-7-1) occupent le cinquième rang du classement de la Ligue de hockey senior AAA du Québec et ils n’ont pas remporté deux victoires de suite depuis le… deuxième match de la saison. 

Donc, toujours est-il que les Maroons ont d’abord échangé l’attaquant Alex Labrosse et trois choix au repêchage au Cap-de-la-Madeleine en retour de Vincent Longpré, un autre attaquant, qui a amassé 10 points dont cinq buts en 11 matchs depuis le début de la saison. 

Mais voilà, Longpré, un athlète de la rive nord de Montréal, ne veut rien savoir de jouer dans le coin. Et les Maroons l’ont immédiatement échangé à Saint-­Léonard-d’Aston en compagnie de Jean-Christophe Poulin et Kevin Laliberté, des gars qu’on n’a jamais vus à Waterloo, en retour d’Alexis Guilbault et de Patrick Tremblay, deux attaquants. 

« Tremblay est un joueur complet et il va nous aider, mais le joueur clé de cette transaction est clairement Guilbault, a expliqué Fortin. C’est un gars capable de marquer des buts, qui a du caractère, et qui produit dans les moments importants. Je suis très heureux de son acquisition. »

En 10 matchs depuis le début de la saison, Guilbault a enregistré 10 points, dont six buts. Avec le BigFoot, il a contribué à éliminer les Maroons au cours des deux derniers printemps. 

Puis, les Maroons ont cédé Philip Sardinha et Anthony Demers à Bécancour en retour de Zackary Beaudoin, encore un attaquant, qui montre quatre passes en six matchs depuis le début de la saison. 

Si Demers était un réserviste avec les Maroons et que son départ n’ébranlera pas les colonnes du temple, celui de Sardinha étonne. Vrai que l’ancien des Inouk n’avait rien cassé depuis son arrivée à Waterloo (quatre points, sont un seul but, en huit matchs), mais lui a-t-on vraiment laissé le temps de s’adapter à un nouveau calibre de jeu ? 

« On s’attendait à plus de sa part, c’est clair, a avoué Fortin­. Mais il faut bouger, il faut marquer plus de buts, il faut que notre avantage numérique débloque pour vrai. Peut-être que nous aurions pu être plus patients, mais les séries s’en viennent et nous n’avions vraiment pas ce luxe. »

Via courriel, Sardinha a réagi en disant qu’il était « surpris et déçu ». Mais il entend se rapporter à sa nouvelle équipe, qui a d’ailleurs rendez-vous avec les Maroons à Bécancour vendredi soir et à l’aréna Jacques-Chagnon samedi. 

Des mécontents 

Miguel Fortin affirme être conscient que le départ d’Alex Labrosse vers Cap-de-la-Madeleine fera des mécontents. Déjà, des partisans ont signifié leur déception alors que Mathieu Papineau, un joueur qui prend de la place dans le vestiaire, a clairement fait savoir qu’il n’était pas de bonne humeur via les réseaux sociaux. 

« Alex était aimé des amateurs et de ses coéquipiers, a admis Fortin. Mais encore une fois, je le répète, il fallait bouger. Et les transactions font partie du hockey. »

Labrosse en était à sa troisième saison avec les Maroons. Après avoir connu des saisons de 14 et 11 points, il en avait récolté neuf en 10 matchs depuis le début de la campagne. 

Quant à Félix Guilbault, qui n’avait vu que très peu d’action cette saison, il a été libéré, selon Fortin, parce que les Maroons le savaient malheureux. 

« À 20 ans, il peut même retourner chez les juniors pour y finir la saison. Il a rendu de bons services à l’équipe depuis trois ans. Il mérite de jouer plus souvent mais chez nous, en raison de la présence de Paul Jr Bourbeau, c’était difficile de lui donner plus de temps de glace. »

Olivier Davignon, qui gardait les buts des Bulls de Bedford dans la Ligue senior A du Richelieu, secondera dorénavant Bourbeau.