Le petit Emrick Lachapelle a vécu une soirée toute particulière samedi. On le voit ici posant en compagnie de Carey Price et de l’entraîneur des gardiens du Tricolore, Stéphane Waite.

La soirée de rêve d’Emrick

Le petit Emrick Lachapelle, dont l’histoire avait fait le tour du Québec le mois dernier, a vécu une soirée très spéciale, samedi.

Le Sheffordois, on s’en souviendra, s’était fait voler son équipement de gardien de but au sortir d’un match de tournoi présenté à Longueuil. Mais une immense vague de sympathie avait suivi la parution de l’article publié dans La Voix de l’Est et Emrick, le temps de le dire, s’était retrouvé avec un nouvel équipement, gracieuseté du Grand Bazar et de CCM.

À LIRE AUSSI: Équipement volé: immense vague de sympathie envers Emrick

Les gens de la Fondation des Canadiens pour l’enfance avaient aussi été touchés par l’histoire. Et samedi, Emrick a été invité à assister au match opposant le Canadien aux Maple Leafs, au Centre Bell, depuis une loge s’il vous plaît.

Et si ce n’était que ça. Son uniforme des Vics sur le dos, il était sur la glace, pendant l’hymne national, aux côtés du gardien Jack Campbell, des Leafs. Puis, après le match, il a rencontré Carey Price, Shea Weber, Paul Byron, l’entraîneur des gardiens Stéphane Waite et quelques autres joueurs du Canadien. Bref, la totale!

« Vous auriez dû lui voir le sourire lorsque Carey est apparu!, a expliqué sa mère, Sabrina Côté. Parce que mon garçon ne parle pas beaucoup anglais et que Carey ne parle pas beaucoup français, il n’y a pas eu de grandes discussions, mais la seule présence de Carey devant lui l’a tellement rendu heureux. En plus, il a signé son masque et a reçu, de la part de Stéphane Waite, un beau chandail autographié de la main de Carey. »

Mme Côté a parlé d’une véritable soirée de rêve. « Emrick a vécu beaucoup d’émotions ces derniers temps. Le vol de son équipement (qui n’a jamais été retrouvé), il l’a encore sur le cœur. Cette soirée, croyez-moi, il ne l’oubliera jamais. Ce sont des souvenirs pour la vie… »

En arrivant au Centre Bell, Emrick ne savait trop ce qui l’attendait, ses parents non plus. Le petit a été gâté.

« Je ne remercierai jamais assez les gens du Canadien pour ce qu’ils ont fait vivre à mon garçon », a terminé Mme Côté, clairement émue.