La Saint-Pienne Roselyne Pigeon a triomphé aux 1000 mètres, chez les 15 ans.

La Saint-Pienne Roselyne Pigeon se couvre d’or

Les athlètes de Richelieu-Yamaska ont entamé le deuxième bloc de compétitions des Jeux du Québec en force, mercredi, alors qu’ils ont ramené pas moins de neuf médailles.

Fidèles à leurs habitudes, les membres du club d’haltérophilie La Machine Rouge de Saint-Hyacinthe ont été dominants en donnant six médailles à la région. C’est ainsi que les Maskoutains Charlotte Simoneau, avec trois fois l’or, et Alexandre Brochu, avec deux fois l’or et une fois l’argent, ont passé la journée à monter sur le podium.

Le patinage de vitesse a aussi été bon pour Richelieu-Yamaska. Roselyne Pigeon, de Saint-Pie, et Édouard Auger, de Saint-Hyacinthe, se sont d’abord couverts d’or avant que Benjamin Thibault, aussi de Saint-Hyacinthe, ne récolte l’argent.

Roselyne Pigeon est bel et bien la sœur de Félix Pigeon, qui a participé aux derniers Jeux du Canada et qui compétitionne à l’internationale, également en patinage de vitesse. Elle a triomphé aux 1000 mètres, chez les 15 ans.

« Je suis débarquée aux Jeux en me disant que je voulais m’amuser, mais on s’entend que c’est encore plus amusant avec une médaille d’or au cou !, a lancé Roselyne. J’avais des espoirs de médailles, mais pas d’objectifs précis. Je suis très, très contente ! »

En finale, Pigeon s’est échappée à la mi-course et elle n’a jamais regardé derrière elle par la suite.

« Ça a vraiment bien été. Je suis très satisfaite de ma performance. »

Elle a commencé à faire du patinage de vitesse il y a six ans. Bien sûr, son grand frère a été son influence.

« Il m’a influencée, c’est sûr, mais j’aurais probablement patiné quand même parce que c’est un sport qui m’attirait beaucoup. Maintenant, c’est certain que j’aimerais suivre les traces de Félix. »

Elle a encore deux compétitions au menu : le 1500 et le 400 mètres.

« On verra ce que ça va donner. Encore une fois, je vais aller là pour m’amuser. »

Victoire en hockey féminin

En hockey féminin, Richelieu-Yamaska a fort bien entrepris son tournoi en l’emportant 3-0 face à Laval. Notons que pas moins de sept des 17 filles de l’équipe sont de la région alors que l’entraîneur en chef Stéphane Murray est de Granby.

Les Granbyennes Sarah-Maude Hamel et Béatrice Pitre, de même que la Maskoutaine Ollie Léonard, ont enfilé les buts de Richelieu-Yamaska. Annabelle Scott, de Granby, a réussi le jeu blanc.

« Les filles étaient un brin nerveuses en début de match, mais elles ont assez rapidement retrouvées leurs jambes et leur assurance », a commenté coach Murray.

Les entraîneurs et dirigeants de l’équipe de hockey féminin étaient clairement satisfaits de la performance de leurs joueuses. De gauche à droite: Stéphane Murray, Laura Guilmain-Beauregard, Danielle Breault et Patrick Prud’homme.

L’entraîneur avoue qu’il aime sa formation.

« On est solides partout, on a un bel équilibre et j’apprécie notre dynamique d’équipe. L’idée, c’est d’abord de sortir de notre pool et ensuite, tout est possible. On ne fera pas de grandes prédictions, mais on a de l’espoir, c’est certain. »

Richelieu-Yamaska a rendez-vous avec la Rive-Sud, jeudi, à l’occasion de son deuxième et dernier match de la ronde préliminaire.