Après avoir amassé 45 points dont 21 buts en 29 matchs en saison régulière, Félip Bourdeau a déjà récolté quatre points en deux rencontres des séries.

La résilience de Félip Bourdeau

Même s’il s’est imposé comme un des éléments offensifs les plus importants des Inouk cette saison, Félip Bourdeau ne l’a pas eu aisé en raison des blessures qui lui ont fait rater près d’une vingtaine de matchs. Mais voilà que l’athlète de Bedford a le sourire facile par les temps qui courent.

« Je suis en parfaite santé et l’équipe connaît un bon départ en séries, a expliqué Bourdeau, jeudi, alors que les Inouk profitaient d’une journée de congé à la veille d’affronter les Flames de Gatineau au centre sportif Léonard-Grondin. Présentement, vraiment, ça va super bien. »

La saison était encore jeune lorsque Bourdeau a été blessé à une cheville. Puis, après les Fêtes, il y a eu cette commotion cérébrale. Mais à chaque fois, il est revenu en force. Il a fait preuve de résilience.

« C’est vrai que ça n’a pas toujours été facile. Quand tu veux jouer et que tu ne peux pas, c’est très frustrant. Mais il ne fallait pas abandonner, il fallait essayer de rester positif, même si ce n’était pas toujours évident. »

Et après avoir amassé 45 points dont 21 buts en 29 matchs en saison régulière, Bourdeau a déjà récolté quatre points en deux rencontres des séries aux côtés de William Leblanc et de Louis-Philippe Denis.

« C’est certain que c’est l’fun de jouer avec ces gars-là. Ils ont du talent et ils sont faciles à repérer sur la patinoire. Moi, je travaille fort, j’essaie de gagner mes batailles à un contre un. On se complète bien. »

Du sérieux

À la suite de la victoire des Inouk à Montmagny mercredi soir, Patrice Bosch a admis qu’il aimait ce qu’il voyait de ses joueurs depuis le début du tournoi à la ronde qui sert de premier tour des séries dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec. Félip Bourdeau affirme que ses coéquipiers et lui sont sérieux.

« On a une belle équipe et on sait qu’on a des chances d’aller jusqu’au bout. En fait, c’est ce qu’on veut, aller jusqu’au bout. On a bien joué jusqu’ici, mais il va falloir bien jouer très souvent pour atteindre nos objectifs. Ce sont les séries, tous les clubs repartent à zéro et il n’y a pas de matchs gagnés d’avance. »

Vendredi soir, les Inouk reçoivent les Flames de Gatineau. Les représentants de l’Outaouais ont beau avoir fini au 11e rang du classement, ils ont terminé la saison en force. C’est clairement une meilleure équipe que leur fiche (16-30-2) ne l’indique.

« En séries, en plus, on dirait que tout le monde est plus fort, a repris Bourdeau. Si tu fais l’erreur de lever le pied, tu risques de te faire jouer un mauvais tour. »

S’ils l’emportent vendredi, les Inouk porteront leur fiche à 3-0 dans le tournoi à la ronde, ce qui rendra leur position très confortable.

Rappelons que huit des 12 équipes inscrites au tournoi vont se qualifier pour les quarts de finale. Les Granbyens joueront ensuite à Montréal-Est dimanche.

« Il ne faut rien prendre pour acquis », a insisté Bourdeau.