Malgré les efforts du coureur Marc-Antoine Lefebvre, le joueur d’arrêt-court Alexandre Guay a réussi le retrait sur cette séquence captée en première manche.

La première aux Orioles

Il ne faisait pas chaud, mardi soir au stade Napoléon-Fontaine, et le lanceur Oscar Rodriguez, des Orioles de Montréal, s’est arrangé pour garder les frappeurs des Guerriers au froid.

Rodriguez n’a permis qu’un seul petit coup sûr et les Orioles ont vaincu les Guerriers 3-0 à l’occasion de la première rencontre de la série demi-finale opposant les deux équipes.

Ce Rodriguez, 22 ans, n’est pas n’importe qui. Il a connu une saison de 11 victoires et deux défaites et, mardi, il s’agissait de son troisième gain en autant de décisions depuis le début des séries éliminatoires.

Avant que Marc-Antoine Lefebvre ne frappe un simple avec aucun retrait en début de septième manche, un seul frappeur des Guerriers avait réussi à sortir la balle de l’avant-champ. C’est vous dire à quel point il a été dominant.

Rodriguez a alloué trois buts sur balles et il a retiré huit frappeurs sur des prises.

Les partisans des Guerriers y ont cependant cru un instant en septième lorsque, après avoir accordé un coup sûr à Lefebvre, Rodriguez a permis une passe gratuite à Alexandre Lapointe. Mais Isaac Mailhot-Bérard a foutu le cafard aux amateurs en frappant ensuite dans un double jeu.

« C’était un gros match et j’étais prêt, a expliqué le héros de la soirée. J’avais un bon rythme, j’étais concentré et les gars ont fait le travail en défensive. C’était important pour nous de commencer la série en force et de rentrer chez nous en avance dans la série. »

Le lanceur Thomas Sansregret n'a pas été vilain dans la défaite.

Dans la défaite, le jeune Thomas Sansregret n’a pas été vilain du côté des Guerriers. En quatre manches, il a permis trois coups sûrs (mais cinq buts sur balles) et un point. Venu en relève, Samuel Blier a accordé les deux autres points.

« Sérieusement, j’ai mieux aimé le travail de mon équipe ce soir que pendant toute la série contre LaSalle !, a raconté le gérant Denis Lamontagne. Ce soir, les gars ont joué du bon baseball en défensive (aucune erreur), ils étaient concentrés, ils étaient dedans. Et en septième, on y a sincèrement cru. »

Le deuxième match de la série aura lieu jeudi soir au stade Gary-Carter. Sans rien confirmer, Lamontagne a mentionné qu’il donnera « probablement » la balle à Samuel Robichaud.