Éric Puig a aidé l’équipe masculine de soccer du Vert & Or à remporter sa seule bannière nationale, en 1993. Il fut le meilleur buteur du Championnat universitaire canadien, et nommé joueur par excellence.

La passion de jouer d’Éric Puig

De l’avis de plusieurs, Éric Puig fut l’un des meilleurs joueurs de soccer à revêtir le maillot du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke. Celui qui a aidé son équipe à remporter son seul titre national, en 1993, sera officiellement introduit au Hall de la Renommée du sport à l’Université de Sherbrooke, jeudi soir, lors du Gala du mérite sportif de l’institution d’enseignement.

« Je suis vraiment très, très surpris! Surtout après 25 ans, je ne m’attendais certainement pas à ça! Je demeure très humble, car c’est une récompense individuelle dans un sport collectif. Ce que j’ai accompli, je l’ai fait au sein d’une équipe de 18 joueurs qui ont tous contribué à nos succès », a dit celui qui vie maintenant en Ontario.

Éric Puig est diplômé de l’Université de Sherbrooke en géographie (1993-95) et de l’Université de Toronto en éducation (1996-1999).

Il fut l’une des grandes vedettes de l’équipe masculine de soccer du Vert & Or qui a remporté sa seule bannière nationale en 1993, en Nouvelle-Écosse. Il fut le meilleur buteur du Championnat universitaire canadien et nommé joueur par excellence.

Cette même formation du Vert & Or a également remporté deux championnats consécutifs de la conférence du Québec.

Le natif de Granby a aussi porté les couleurs des Blues de Toronto lors des trois dernières saisons de sa carrière universitaire.

Avant son passage chez les universitaires, il est devenu en 1988, le tout premier choix du FC Supra de Montréal, lors du repêchage de la Ligue canadienne de soccer professionnel.

Aujourd’hui enseignant à Ottawa, l’ancien du Vert & Or a disputé de nombreux matchs sur la scène internationale et a représenté le Canada au tournoi de la CONCACAF à Trinidad et Tobago en 1988 à l’occasion des qualifications pour la Coupe du monde des moins de 17 ans. Cet événement lui avait permis de mériter la médaille d’argent en compagnie de ses coéquipiers. À la suite des qualifications, il a également participé à la Coupe du Monde des moins de 17 ans en Écosse en 1989.

Enfin, parallèlement à sa carrière universitaire, Éric Puig a aussi permis au Mistral de Sherbrooke de remporter le Championnat canadien civil des clubs à Winnipeg, en 1994.

« C’est certain que je vais avoir un mot pour mes coéquipiers, les entraîneurs, le personnel de soutien, qui nous a permis d’atteindre ces hauts niveaux avec le Vert & Or, lors de mon discours, jeudi. Comme attaquant, on reçoit les honneurs, on est plus visibles, mais il ne faut pas oublier le travail fait dans l’ombre par plusieurs », a-t-il indiqué.

« Pour moi, mon passage à l’Université de Sherbrooke fut synonyme d’un retour au plaisir de jouer. J’ai évolué à Montréal, en Europe, où le soccer est davantage un travail. À Sherbrooke, j’avais du plaisir. C’était aussi un bon défi pour nous, une petite université, d’affronter de gros programmes comme McGill ou Concordia. »

« Avec huit ou neuf gars, on a ainsi représenté le Vert & Or et le Mistral, en même temps. La camaraderie était fantastique. Ils étaient davantage que des coéquipiers, l’esprit d’équipe était très spécial. J’ai aussi une pensée pour Jean-Pierre Boucher et André Gagnon. À l’époque, ils finissaient leur implication avec le Supra, alors que j’amorçais la mienne. Ce sont eux qui m’ont convaincu de venir à Sherbrooke », s’est-il rappelé.

Éric Puig a été nommé sur la première équipe d’étoiles universitaires canadiennes en 1993, 1996 et 1997.

« Le sport universitaire est une belle école de vie, où on apprend des habiletés parallèles qui nous aident à jongler avec un horaire très chargé. Des habiletés que j’utilise encore aujourd’hui. C’est un bagage inestimable! Ce furent des belles années. À preuve, je n’ai jamais quitté l’école et je joue encore au soccer! Et c’est ce que je dis aux jeunes que j’entraîne; il faut jouer avec le sourire! »