On voit ici les propriétaires du Centre Shin, Sensei Sylvain Lagacé et sa conjointe Andrée Royer accompagnés de leurs enfants Marie-France et Gabrielle.

La page du Kid

LE CENTRE SHIN : FAMILIAL, SYMPATHIQUE ET PROFESSIONNEL !

Je me souviens comme si c’était hier du dojo de Monsieur Berthiaume que j’ai commencé à fréquenter lorsque j’avais 7 ans.  Adjacent au cégep de Shawinigan, n’entrait pas là qui y voulait, car les règles à la porte étaient notamment très claires : « laisse ton agressivité dehors, apprends à emmagasiner ton énergie, sois discipliné et surtout, sois fier de porter ton kimono. »  

En entrant sur le tatami, le « salut » était de rigueur et quiconque l’oubliait après un premier avertissement, était alors privé de sa séance.

Ayant bénéficié tant de ses enseignements que de ceux de son fils, il m’apparaissait tout à fait normal que le mien, une fois rendu à un âge capable de comprendre et d’appliquer les consignes demandées, puisse en faire tout autant avec un « maître » reconnu dans le domaine des arts martiaux.

N’en connaissant aucun intimement dans la région de Granby, j’avais pourtant entendu parler il y a de cela bien des années, d’un certain Sensei Sylvain Lagacé, sans jamais avoir eu l’occasion de lui serrer la main ni de visiter son club.  

Je me suis donc renseigné et nombreuses furent les excellentes références qui m’ont mené tout droit vers le Centre Shin (photo), propriété du couple formé de Lagacé et de sa conjointe Andrée Royer. 

Situé au 195 de la rue Montcalm (2e étage) à Granby, peu importe celui ou celle qui y mettra les pieds pour la première fois, il ou elle en ressortira assurément enchanté.  Ma conjointe et moi l’avons fait il y a trois ans pour notre rejeton et depuis, nous l’avons bien entendu adopté.

« Avant toute chose, bien que notre entreprise ait pignon sur rue, nous ne sommes pas là pour l’argent, mais bien pour le monde et aussi pour transmettre la passion des arts martiaux aux gens », dira tout d’abord l’homme de 58 ans qui ne fait pas son âge.

« Le but de toute personne étant de laisser sa trace, le nôtre est de le faire en transmettant de belles valeurs », de poursuivre sa conjointe. 

« En adhérant au principe de compétence – vision – valeurs (le principe central duquel découlent toutes les pratiques enseignées à l’intérieur de ce complexe sportif), je crois que personne ne peut manquer son coup, car le véritable secret du karaté consiste à savoir ce que tu veux devenir grâce à cet art.  Si une personne veut laisser aux autres un héritage, elle n’a qu’à le suivre… », souligne l’homme originaire d’Asbestos qui enseigne le karaté depuis une quarantaine d’années, dont les trente dernières ici, à Granby.   

« De plus, on ne se contera pas d’histoires : le pire ennemi dans la vie des gens, c’est la gestion du stress.  Alors, que ce soit par des sessions de karaté, de stretching ou de taïchi, on veut donc les aider à atteindre leurs objectifs de vie », de compléter la sympathique Madame Andrée qui elle, est native de notre région, plus précisément de Stukely-Sud. 

D’ailleurs, que ce soit pour l’une ou l’autre de ces trois disciplines, le Centre Shin est en pleine période d’inscriptions.  Les intéressés peuvent obtenir de l’information sur le web via le site www.centreshin.com, en composant le 450-375-7771 ou en écrivant à l’adresse courriel suivante, lecentreshin@gmail.com.

Vous verrez, tout comme moi, vous adorerez vous rendre à ce centre familial, sympathique et professionnel.

ON EN JASE AUTOUR D’UN BON CIGARE

Cette belle famille, constituée d’Olivier Bernier, de sa conjointe Jessica Smith et du petit Zac, verront bientôt la petite Florence apparaître sur cette photo…

Du côté de la pouponnière : premièrement, félicitations au couple formé de la pétillante Émilie Breton (Ergothérapie jeunesse Émilie Breton) et du sympathique Martin Giard (FL Électrique) qui viennent d’accueillir dans leur famille, la petite Élodie.  Inutile de vous mentionner que Grand-Maman Josée et Grand-Papa Luc Breton (Quillorama de Granby) sont fous de joie depuis le 7 octobre d’accueillir leur premier petit enfant.

Connaissant très bien les grands-parents et ayant beaucoup de plaisir à les côtoyer depuis maintenant une dizaine d’années, j’ai toujours du mal à croire – comme plusieurs - que Josée n’est pas la sœur d’Émilie, mais bien sa mère, elle qui ne fait vraiment pas ses 50 ans…. 

*************

Deuxièmement, je souhaite également beaucoup de bonheur à deux de mes anciens élèves, soit les as-quilleurs Olivier Bernier et Jessica Smith (photo), qui eux, verront la petite Florence devenir la petite sœur du toujours souriant Zac, puisque Jessica se prépare à lui donner naissance dans quelques jours.

Verra-t-on alors trois générations de Bernier jouer des parties parfaites ?  Quand on connaît les succès d’Olivier qui lui-même a appris de son père Sylvain et de son beau-père Richard Smith, il ne faudrait guère s’en surprendre…

UN PEU D’HUMOUR

Voici quelques petits conseils teintés d’humour qui j’espère, vous aideront à surmonter les trois dernières semaines avant les vacances des Fêtes.

1. À l’heure du lunch, assoyez-vous dans votre voiture avec vos verres fumés et pointez un séchoir à cheveux vers les voitures qui viennent dans votre direction. Regardez-les ralentir.

2. Si quelqu’un vous demande de faire quelque chose, demandez-lui s’il aimerait des frites avec ça.

3.  Aussi souvent que possible, bondissez plutôt que marcher.

4.  Spécifiez que votre commande au service au volant est « pour emporter ».

5. Découvrez à quel endroit votre patron magasine et achetez exactement les mêmes vêtements. Portez-les une journée après votre patron. (C’est particulièrement efficace si votre patron est du sexe opposé.)

6. Envoyez un courriel à tous vos collègues de travail pour leur dire exactement ce que vous faites. Par exemple : « Si quelqu’un a besoin de moi, je serai à la toilette dans la cabine où on fume en cachette ».

7. Mettez un filet à moustiques autour de votre espace de travail. Jouez un enregistrement de sons de la jungle toute la journée.

8.  Cinq jours à l’avance, dites à vos amis que vous ne pouvez assister à leur party parce que vous n’êtes pas dans l’ambiance.

9.  Lorsque l’argent sort du guichet automatique, criez « J’ai gagné, j’ai gagné!  C’est la troisième fois cette semaine !!! »