Selon le professionnel de renom Marc Girouard, les clubs doivent faire leur propre examen de conscience en ce qui concerne le manque de relève au golf.

La page du Kid

Absence de relève au golf: on veut des solutions !

Pour plusieurs – dont je suis ! –, la saison de golf a pris fin la semaine dernière avec la fermeture de plusieurs parcours de notre région.

Toutefois, depuis les six derniers mois, que ce soit dans le but de rédiger mes précieuses chroniques ou tout simplement par pur plaisir, j’ai dû fouler une vingtaine de terrains différents.

Un élément m’a littéralement sauté au visage lorsque je me suis présenté dans chacun de ces clubs : l’abondance des « baby-boomers » jumelée à une quasi-absence de membres dits « juniors ». 

Bien entendu, il y en aura quelques-uns qui, visionnaires, se seront donné le mandat de stimuler la relève. Je pense entre autres aux clubs de Saint-Hyacinthe, Cowansville, de Waterloo, des Cèdres et Miner, pour ne nommer que ceux-là. 

Mais plusieurs autres semblent être boudés par notre belle jeunesse.

Comme me le soulignait le professionnel de renom Marc Girouard, qui était récemment de passage dans la région, les clubs eux-mêmes doivent procéder sans plus tarder à un sérieux examen de conscience. « Au départ, tout le monde dit qu’il faut attirer la jeunesse. Mais avant toute chose, nous devrions premièrement nous attaquer au préjugé à l’effet que ‘‘le golf, c’est long ! ’’ »

« Au fait, poursuit-il, est-ce moins long que le kayak ?
Et est-ce moins long que le ski en hiver ? Non, pas vraiment ! À mon avis, les clubs feraient mieux de se regarder dans le miroir afin de trouver les solutions qui s’imposent. Est-ce que cela passe par le fait d’offrir des camps de jour aux jeunes ? Mais il y a une certitude : il faut que l’on fasse tout en notre possible pour attirer les jeunes familles ! »

Pour son  collègue Yvan Beauchemin, lui aussi une figure bien connue chez les pros du Québec, le manque de relève représente tout simplement un signe des temps et il faut faire avec. « De nos jours, les gens ne prennent plus le temps de vivre : certaines familles possèdent par exemple trois voitures, une maison et un chalet. Bref, ils courent tout le temps et n’ont plus de temps pour jouer ! De ce fait, il m’apparaît donc impossible de trouver une solution en vue d’augmenter l’achalandage, du moins à court terme. »

Son de cloche différent, toutefois, de la part de Stéphane Bélanger, professionnel en titre au Royal Bromont, qui lui verrait d’un très bon œil une association entre Golf Québec et le Ministère de l’Éducation. « Les clubs ont beau travailler fort chacun de leur côté, mais si on veut de la relève, ça passe par une grande collaboration entre les clubs et les écoles par l’entremise de programmes spécialisés qui eux, pourraient être intégrés aux cours d’éducation physique. »

Voilà certes ce qui pourrait représenter une très bonne idée !

L’embauche de Marie-Christine Boucher comme directrice générale de la fondation Laurent Duvernay-Tardif : un vrai coup de maître !

On en jase autour d’un bon cigare 

La semaine dernière, dans mon texte sur le jovial professionnel de golf George Courville, ce dernier avait oublié de me mentionner qu’il devait en grande partie sa carrière au regretté Richard Labonté, lui qui a joué un véritable rôle de mentor à son endroit.

De plus, lors de cette même conversation téléphonique, George m’apprenait que la Ligue du jeudi après-midi  sera de retour au Golf des lacs dès le mois de mai prochain. Il en coûtera donc 16 dollars pour jouer une ronde de 12 trous (selon la formule Vegas à 4 joueurs), le tout incluant une consommation à la fin de la partie. À noter que
les premiers départs seront donnés sur le coup de 16 heures.

*****

La fondation du footballeur Laurent Duvernay-Tardif vient de réaliser un véritable coup de maître en faisant l’embauche de la très jolie et très dynamique Marie-Christine Boucher en tant que directrice générale. Je connais très bien Marie-Christine puisqu’elle est la fille aînée de Michel Boucher, dépisteur du Lightning de Tampa Bay et un de mes mentors. Et je suis convaincu que les gens qui composent le Conseil d’administration de la fondation vont adorer sa personnalité.

Si le nom de Marie-Christine vous dit quelque chose, sachez qu’elle a été la directrice du championnat mondial de hockey junior présenté à Montréal en 2015, elle qui a aussi besogné comme directrice des opérations des Aigles de Trois-Rivières (Ligue de baseball Can-Am) ainsi qu’à la Fondation du Canadien pour l’enfance. 

*****

Félicitations à la jeune hockeyeuse Audrey Gervais, qui représentera notre région au sein de l’équipe du Québec des moins de 18 ans, et ce, pour une deuxième saison consécutive.

Celle qui évolue pour les Islanders de John-Abbott au niveau collégial aidera donc la formation québécoise à conquérir la médaille d’or lors du championnat national féminin qui se déroule pour la circonstance à Québec ce week-end. 

Bonne chance à la jeune Audrey Gervais, qui représentera notre région au sein de l’Équipe du Québec des moins de 18 ans.

Un peu d’humour

Une petite fille regardait ses parents s’habiller, eux qui se préparaient en vue d’une soirée mondaine. 

Quand elle vit son père mettre son smoking, elle l’avertit :

- Papa, tu ne devrais pas porter ce veston ! 

- Pourquoi pas ma chérie ? 

- Parce que tu sais qu’il te donne toujours mal à la tête le lendemain matin !