Malgré le fait que sa vie ait passablement changé durant la dernière année, l’as-quilleur David Simard a toujours le feu sacré pour la compétition.

La page du Kid

DAVID SIMARD : UNE AUTRE RAISON DE COMPÉTITIONNER !

Bien que nous nous parlons sur une base régulière et que tous deux, nous apprécions le simple fait de le faire, la dernière fois que j’ai rencontré l’as-quilleur David Simard (photo) afin d’en faire le sujet d’une éventuelle chronique, c’était en septembre 2016. 

Il se préparait alors en vue d’un important tournoi de quilles en Chine en tant que membre de l’équipe canadienne. Les résultats avaient d’ailleurs été publiés dans votre quotidien préféré. Depuis ce temps, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts.

L’an dernier, pratiquement à pareille date, il participait en compagnie de deux de ses collègues à un tournoi au Qatar, un prestigieux événement, dont la bourse s’élevait à plus de 100 000 dollars américains.

Ayant terminé au 22e rang sur un contingent de 500 participants - ce qui est fort respectable -, il entend répéter l’expérience en participant à la prochaine édition de cet « open » prévu pour la fin de 2018. Cette performance l’avait d’ailleurs rempli d’espoir en vue de la saison 2017.

Une blessure suite à un accident bête

Après des mois d’attente, l’été 2017 arrivait à grands pas et l’ami David tenait à se préparer adéquatement en vue d’un automne chaud au cours duquel il entendait participer à une multitude de compétitions. 

Toutefois, un accident bête survenu lors d’un entraînement de routine au printemps est venu quelque peu assombrir ses perspectives de gains automnaux.

« Ce qui est arrivé, je dirais même que c’est niaiseux ! Comme je l’ai fait des millions de fois depuis que je suis tout petit, j’ai pris ma boule dans le boulier en vue d’effectuer un lancer, mais au même moment, j’ai reçu une sorte de choc dans le poignet ce qui a fait en sorte que quelques jours plus tard, le tout s’est transformé en épicondylite au coude. J’ai donc dû faire de la physiothérapie pendant six semaines tant et si bien que je n’ai recommencé à jouer qu’au mois d’octobre. »

Rosalie changera quelque peu les priorités

Cependant, lorsque l’on discute avec David Simard, on constate que si le bowling représente toujours sa passion, il ne figure plus au premier rang dans sa liste de priorités. 

Pourquoi direz-vous ? C’est que sa conjointe, la toujours souriante Marie-Êve Robertson — elle-même une excellente quilleuse —, a donné naissance en avril dernier au premier enfant du couple, une belle petite fille prénommée Rosalie.

« Depuis que notre poupoune est née, il est évident que notre vie a changé et c’est très bien ainsi… Par contre, malgré la boutique – il est le propriétaire de la pro-shop du Quillorama de Granby – et tout ce qui se passe à la maison (Marie-Êve et lui officient aussi en tant que famille d’accueil pour personnes handicapées), les quilles occupent tout de même une grande partie de ma vie. Je dois avouer que même si je suis rendu à 36 ans, j’ai encore le feu sacré pour la compétition. »

D’ici quelques jours, il prendra d’ailleurs la direction de Québec afin de participer à la série « Striker » au salon de Quilles Montmorency de l’arrondissement Beauport, elle qui met en vedette les meilleurs quilleurs de la province. Les amateurs pourront notamment la visionner sur leur ordinateur portable, car les rencontres seront retransmises sur le web. 

Simard est un habitué des championnats provinciaux, lui qui n’en compte plus les participations. Cependant, dans son for intérieur, ce qu’il désire par-dessus tout, c’est de jouer avec les meilleurs au monde et prouver qu’il a vraiment sa place au sein de ce club sélect. 

« C’est sûr que le prochain step, ce sont les championnats du monde qui auront lieu en 2018 à Hong Kong. Nous sommes 8 sur l’équipe nationale et les dirigeants vont en choisir 6 qui eux, vont y participer. Ayant déjà gagné une médaille d’argent aux Jeux panaméricains, en remporter une au niveau mondial serait en quelque sorte la consécration. Si jamais, je suis sélectionné, j’irai pas là pour faire un beau voyage, je vais y aller pour gagner et rien d’autre. »

C’est effectivement la chance qu’on lui souhaite…

Mon ami et ex-homme de hockey Martin Giguère est le directeur-général de Canam Golf pour tout le Canada.

ON EN JASE AUTOUR D’UN BON CIGARE

Vous prévoyez passer les prochaines semaines, voire les prochains mois en Floride et vous aimeriez jouer au golf dans des terrains prestigieux, et ce, à un coût plus que raisonnable ? Certes, il y a des sites comme golfnow.com qui vous offre des opportunités de la sorte, mais il y a également une entreprise entièrement québécoise qui vous en propose, soit Canam golf.

De plus, en vous prévalant des services de cette entité, vous pourriez avoir la chance de faire affaire avec son directeur-général Martin Giguère (photo) qui autrefois, était un homme de hockey bien connu dans la province ayant été tour à tour le fondateur de la prestigieuse organisation des Élites de Beauce-Amiante dans le hockey mineur élite ainsi que l’un des bâtisseurs de la Ligue Nord-Américaine au niveau semi-professionnel.

Qui plus est, grâce à Canam, vous pourriez également assister à rabais à de nombreux événements sportifs, comme par exemple les matchs du Lightning de Tampa Bay ou des Panthers de la Floride (LNH), le Heat de Miami (NBA) ou les Dolphins de Miami (NFL) grâce à leur service de réservation de billets.

Pour plus d’informations, vous pouvez aller sur le site canamgolf.com ou téléphoner directement au 1-866-465-3155. 

*********

Mon ami, le capitaine Benoît Désautels du Service de police de la ville de Granby vous invite lundi et mardi prochains (11 et 12 décembre) à participer à la 21e collecte de sang des policiers et pompiers de la Ville de Granby, en collaboration avec Héma-Québec.

L’événement, dont la présidence d’honneur a été confiée au directeur de police M. Marco Beauregard, se déroulera entre 13 h et 20 h au Pavillon Roger-Bédard (anciennement le chalet des patineurs), situé au 230 de la rue Drummond.

L’objectif de la campagne étant de 375 donneurs pour les deux jours, inutile de vous mentionner que votre participation serait très appréciée !

UN PEU D’HUMOUR

Deux « vieux garçons » regardent un match de hockey à la télé. Pendant le premier entracte, alors qu’ils vont rechercher des bières dans le frigidaire, la discussion dérive sur la bouffe : 

- Je me suis acheté un livre de cuisine une fois, dit le premier, mais je n’ai jamais pu m’en servir. 

- Les plats étaient trop compliqués ? , demande l’autre. 

- Tu l’as dit ! Toutes les recettes commençaient de la même façon : « Prenez un plat propre et... »