« Même si la LNAH débarquait à Granby, je suis convaincu que nos partisans nous resteraient fidèles », explique le copropriétaire des Maroons, Daniel Roy.

La LNAH n'empêche pas Daniel Roy de dormir

Si jamais une équipe de la Ligue nord-américaine de hockey s’installait à Granby, les Maroons de Waterloo seraient forcément affectés. Mais voilà, le copropriétaire Daniel Roy n’a pas commencé à faire de cauchemars.

« Pour être franc, la possibilité qu’il y ait de la LNAH à Granby ne m’empêche pas de dormir une seconde !, lance-t-il. D’abord, ça fait combien d’années qu’on en parle et qu’on fait juste en parler? Et même si ça se faisait, je suis convaincu que nos partisans nous resteraient fidèles. Après tout, ce n’est pas le même hockey du tout... »

Selon Roy, les gens encouragent les Maroons parce qu’ils obtiennent ce qu’ils veulent : du bon hockey, de la robustesse et de la bagarre.

« La LNAH, ce n’est plus vraiment ça. C’est pourquoi, à part en séries, les assistances sont en baisse. Le circuit s’est éloigné de son public et une ligue comme la nôtre en profite. Lorsque les gens entrent à l’aréna Jacques-Chagnon, ils savent à quoi s’attendre et ils savent qu’ils vont l’avoir. »

Roy ira jusqu’à dire qu’il n’est même pas convaincu que la LNAH aurait du succès à Granby.

« Du bon hockey propre, Granby a déjà ça avec les Inouk. Est-ce que les gens de Granby ont besoin d’autre chose? »

Au fil des ans. Roy ne s’est jamais attaqué aux Inouk, bien qu’ils soient nombreux à voir les deux organisations comme étant des rivales puisqu’elles se partagent le même bassin d’amateurs de hockey.

« On a eu plein de joueurs qui arrivaient des Inouk. Il y en a eu jusqu’à huit, je pense, la saison dernière. Je vais même voir l’équipe jouer de temps en temps le vendredi. Même s’il y a des amateurs qui ont délaissé les Inouk pour les Maroons, il reste que nous offrons deux produits différents. »

En résumé, Roy est loin d’être convaincu que la LNAH s’en vient à Granby, il est loin d’être convaincu que l’entreprise serait un succès de toute façon et il ne pense surtout pas que ça nuirait aux Maroons.

« Je vous le dis, ça ne m’empêche pas de dormir une seconde ! », a-t-il insisté.

Pour le reste, Roy prépare tranquillement la prochaine saison. Il a d’ailleurs confirmé le retour de Miguel Fortin en tant qu’entraîneur en chef et directeur général associé.

La LHSAAAQ : pas parfaite, mais...
Après avoir joué dans la Ligue des Cantons-de-l’Est et la Ligue de la Mauricie, les Maroons viennent de compléter leur première saison dans la Ligue senior AAA du Québec. Et certains parlent encore de la création d’une nouvelle ligue senior parce que tout le monde n’est pas content de la façon dont ça fonctionne dans la LHSAAAQ.

« Moi, quand je commande un hamburger au restaurant, ça ne m’empêche pas de trouver que le spaghetti à la table d’à côté a l’air bon, image Daniel Roy. Pour tout dire, je pense que la LHSAAAQ n’est pas parfaite, mais qu’elle reste la meilleure option pour nous présentement. Mais si quelqu’un veut me jaser, je suis prêt à écouter. »

Roy avouera d’ailleurs qu’il a pris des informations au sujet de la LNAH. Même s’il n’est pas un grand fan !

« Ça coûte très cher, l’aréna Jacques-Chagnon n’est pas assez grand et je ne suis même pas sûr que ça fonctionnerait, je le répète, avec ce que la ligue offre présentement. »