Danny Gélinas
Le DG Steven Allen et toute son équipe du club de golf de Farnham nous ont très bien reçus lors de notre traditionnelle « Classique » des profs du Verbe Divin.
Le DG Steven Allen et toute son équipe du club de golf de Farnham nous ont très bien reçus lors de notre traditionnelle « Classique » des profs du Verbe Divin.

La «Classique» des profs du Verbe Divin : un autre succès !

CHRONIQUE / Chaque fin d’année pour nous, enseignants du Verbe Divin, marque son rituel.

Après avoir dûment complété la correction des derniers travaux et/ou examens et avoir entré les notes et commentaires destinés à nos élèves dans le système informatique de l’école, il s’en suivra quelques journées pédagogiques où, en réunions, nous aurons tout d’abord à discuter de nos bons coups pour ensuite nous attarder sur certains cas d’élèves, parmi lesquels certains d’entre eux devraient se faire signifier qu’ils devront soit poursuivre leur parcours dans un autre établissement scolaire, ou devront être suivis de plus près à compter de septembre.

Une fois toutes ces journées passées, plusieurs d’entre nous pousseront généralement un sourire de satisfaction, résultant d’un sentiment du devoir accompli : cela signifiera des vacances bien méritées suite à trois belles étapes pendant lesquelles nous avons côtoyé des jeunes que nous avons appris à connaître et auxquels nous nous sommes énormément attachés.

Normal direz-vous, car dans un collège d’environ 500 élèves comme le nôtre où les suppléances sont en très grande majorité comblées par le personnel enseignant en place, tout le monde se connaît et des liens solides se sont noués non seulement entre les élèves et les membres du personnel, mais aussi bien souvent avec leur grand frère et/ou leur grande sœur ainsi que leurs parents que nous avons appris à connaître quelques années auparavant.

Comme je me plais souvent à le dire à la blague, « le Verbe Divin, c’est comme l’émission La petite maison dans la prairie » : c’est une petite société où l’on se connaît tous et où nous sommes bien heureux de vivre ensemble !

Mais cette année, je n’ai pas besoin de vous dire que ce fut différent étant donné cette pandémie qui nous a constamment forcés à revoir nos façons de procéder, et ce, depuis la mi-mars.

Avec des leçons virtuelles et des devoirs envoyés via le portail de l’école, nous avons dû nous astreindre à voir nos « petits amours » que par l’application « Google Meet ».

Dans mon cas — et je suis convaincu que ce fut la même chose pour mes confrères et consœurs —, étant donné la relation de proximité que j’entretiens avec une très grande partie de mes élèves, j’ai trouvé la chose dure, très dure… voire même excessivement dure. Et j’espère ne pas avoir à revivre la même chose en septembre prochain, car je me suis ennuyé de mes mousses et ai surtout bien hâte de les revoir.

Toutefois, bien que cette étrange année scolaire est maintenant derrière nous, il existe au « Verbe » une tradition instaurée il y a plusieurs années par un groupe de jeunes enseignants avec à leur tête Bryan Gaucher et à laquelle un grand nombre d’entre nous avons adhéré sans hésiter, soit la « Classique des profs du Verbe Divin ».

L’enseignant Bryan Gaucher, un excellent organisateur !

Si cette journée de golf se déroule bon an mal an, toujours au début du mois de juillet, son lieu lui, change d’année en année. Il y a trois ans par exemple, nous nous étions rassemblés au défunt club Inverness de Lac-Brome, il y a deux ans Au Rocher Bleu de Sutton, l’année dernière au Club Venise de Deauville, en banlieue de Sherbrooke.

L’édition de cette année n’y a donc pas fait exception et elle avait élu domicile au Club de golf de Farnham. Bien entendu, j’en ai profité pour remplir mon calepin de notes dont voici quelques potins…

*****

Encore une fois, comme à chacune de mes visites là-bas, à l’instar de mes collègues, j’y ai été très bien reçu, ce qui est tout à l’honneur du DG Steven Allen et de toute son équipe.

*****

Lors de cette journée amicale, où une vingtaine d’entre nous étaient présents, le meilleur score a été enregistré par Michel « Popote » Pothier avec un excellent 76, le deuxième l’a été par votre humble serviteur avec un 78 tandis qu’ex aequo au 3e rang, on retrouvait Patrick Lachapelle et notre organisateur en chef, Bryan « Lefty » Gaucher avec une marque de 79.

De son côté, notre directeur-général Jean Striganuk a remis sa meilleure carte de pointage à vie avec un beau 86. Bravo Jean !

*****

Mais peu importe le score, l’ambiance était à la fête et nous étions tous heureux de nous revoir, nous qui ne pouvions le faire que virtuellement depuis la mi-mars.

Parlant de fête, la journée marquait également la dernière de notre éminent confrère Benoît Cabana avec nous, puisque celui-ci jouit depuis la fin-juin d’une retraite pleinement méritée.

Je vous en parlerai plus en détail dans ma prochaine chronique, car en plus de « Ben » mon collègue de bureau de la dernière année, la « maman » de nous tous, la secrétaire Hélène Patenaude, vient elle aussi de quitter son poste pour la retraite.

À suivre, la semaine prochaine…

*****

Peu avant le départ, pendant que Michel Pothier se cherchait des « commanditaires » lui qui ne déteste pas prendre de petits paris quant à l’issue du match de golf, nous avons soupçonné notre M. CrossFit bien à nous, l’enseignant François Laramée, d’être à la recherche d’un arbre assez robuste afin qu’il puisse faire des « chin-up » en guise d’échauffement !

Fait à noter, nous avons aussi pu enfin compter sur la présence de notre directeur pédagogique Yannick Savoie qui en était à une première ronde depuis les trois derniers étés.

Étant jumelé à Patrick Lachapelle, Kim Gervais et moi-même, j’ai été à même de constater que notre supérieur immédiat est tout un athlète lui qui a réussi plusieurs beaux coups lors du neuf de retour. Un autre qui devrait se mettre plus intensément à la pratique du golf… Et cela, c’est sans parler de sa personnalité très agréable qui elle s’y prêterait extrêmement bien !

Pour sa part, la pétillante Kim, ma compagne de voiturette, a réalisé elle aussi plusieurs belles frappes, elle qui venait tout juste de se procurer un nouvel équipement quelques jours auparavant… Décidément, ça promet !