« Je me considère chanceux parce que j'ai vécu de belles expériences au hockey », explique Jean-Sébastien Dufort, qui a notamment remporté la Coupe Napa avec les Inouk en 2014.

La bonne décision de Dufort

Lorsqu'il est allé chercher Jean-Sébastien Dufort chez lui, dans son salon, Jean-Charles Lajoie avait été clair : « Il doit s'imposer comme un premier ou un deuxième défenseur », a-t-il dit. Et clairement, l'ancien des Inouk en donne au goût du grand patron des Braves de Farnham.
Le week-end dernier, ironiquement, Dufort a probablement connu ses deux moins bons matchs depuis qu'il s'est joint aux Braves. Mais rien pour inquiéter personne, on s'entend. 
« Quand Jean-Charles m'a approché, je lui ai dit que je n'étais pas un défenseur spectaculaire, que je n'étais pas celui qui ressortait le plus sur la patinoire, explique Dufort. Moi, je me considère comme un défenseur stable, qui essaie de limiter les erreurs au minimum. C'est ce que David Lapierre m'a enseigné avec les Inouk il y a trois ans et c'est ce que j'essaie d'appliquer tout le temps. »
L'athlète de Valcourt est continuellement utilisé face aux meilleurs éléments adverses. En compagnie de Xavier Brodeur, il forme une très belle paire. 
« Je fais de mon mieux. J'ai l'impression que je pourrais contribuer un peu plus à l'attaque (il a tout de même huit points en 15 matchs), mais je suis satisfait en général de mes performances. On a une belle équipe et je veux aider. »
La saison dernière, Dufort portait les couleurs de la défunte formation de Sherbrooke, dans la non moins défunte Ligue junior AA Estrie-Mauricie. Il a l'impression d'avoir monté d'un cran, pour reprendre ses propres mots, avec les Braves. 
« Ça reste du junior AA, mais on ne parle tellement pas de la même qualité d'organisation. Je ne suis pas le premier à le dire, mais ici, on est quasiment traités comme des pros. On fait des jaloux à travers la ligue, je peux vous le dire. »
Celui qui ne jouait pas cette saison jusqu'à ce qu'il reçoive un appel de Lajoie est aussi passé d'une équipe de dernière place à une équipe qui aspire aux grands honneurs. 
« On est véritablement forts à toutes les positions. Devant le filet, à la défense, en avant, partout. Et c'est une belle gang, on a du plaisir à être et à jouer ensemble. J'ai pris une très bonne décision en disant oui aux Braves. »
Il a aussi parlé de discipline. 
« Il n'y a pas que des enfants de choeur dans cette ligue, on l'a vu une couple de fois dernièrement. Ça brasse. Mais les gars restent toujours calmes, on n'embarque pas dans les niaiseries de personne. C'est aussi un gros point en notre faveur. »
De belles expériences 
Jean-Sébastien Dufort a 21 ans et il étudie à l'Université de Sherbrooke en administration. Il en est à sa dernière saison, dit-il, où le hockey prend beaucoup de place. Le hockey senior ne semble pas beaucoup l'intéresser. 
« Je me considère chanceux parce que j'ai vécu de belles expériences au hockey, souligne-t-il. J'ai gagné la Coupe Napa avec les Inouk même si je ne jouais pas toujours régulièrement et j'ai adoré mon séjour d'un an à Cape Cod, au niveau junior américain. Là-bas, j'ai vécu dans un autre pays, j'ai appris l'anglais et j'ai côtoyé des Européens (il y avait six Russes et un Hollandais au sein de l'équipe). Je ne suis pas le meilleur joueur, mais mon sport m'a quand même apporté beaucoup. »
Et il a l'impression que son séjour avec les Braves lui apportera­ aussi quelque chose. 
« C'est déjà une belle expérience au niveau humain. Et avec l'équipe qu'on a, on risque de gagner des trophées. Oui, j'ai du plaisir ici. »