Gilles Lapierre (à gauche) a vécu des moments magiques lorsque les Inouk, alors dirigé par son fils David (à droite) ont remporté la Coupe Napa. Au centre de cette photo prise lors du défilé des champions en 2014, on retrouve Jonathan Delorme, capitaine des Inouk à l’époque.

La belle aventure de Gilles Lapierre

Il n’a pas marqué un seul but ou bloqué une seule rondelle à la faveur des Inouk. Mais il a recruté une tonne de joueurs qui ont fait le travail de belle façon.

Gilles Lapierre a été recruteur en chef des Inouk du jour 1 de l’équipe, en 2005, jusqu’à juin 2017. Et l’organisation lui rendra hommage vendredi soir tandis que l’Arctic de Montréal-Nord sera le visiteur au centre sportif Léonard-Grondin.

« Ça a été de belles années, ça a été une belle aventure, explique Lapierre, 63 ans, dont la santé est chancelante. Bien sûr, le plus beau moment a été la conquête de la Coupe Napa, au printemps de 2014, alors que David, mon fils, était l’entraîneur en chef. Ça, ça a été des moments magiques. »

Lapierre n’a pas raté son coup souvent en faisant ses recommandations à son directeur général. Et il avait ce flair particulier quand venait le temps de s’attarder aux joueurs de la région. Clairement, il a eu son gros mot à dire dans les succès répétés des Inouk au fil des ans.

« J’ai mis beaucoup d’heures et c’est la seule façon d’avoir du succès, quoi que tu fasses dans la vie. Quand tu aimes quelque chose, c’est plus facile. »

Lapierre continue à suivre les Inouk, même s’il n’assiste pas à tous les matchs. Et il adore ce qu’il voit de l’équipe de Patrice Bosch cette saison.

« À mon avis, l’équipe actuelle est probablement supérieure à celle des champions de 2013-2014. Elle est bonne partout, à toutes les positions. Et avec la quantité de choix au repêchage que le club possède, Pat a ce qu’il faut pour l’améliorer encore un peu plus via le marché des transactions. Honnêtement, on peut espérer de grandes, grandes choses des Inouk de cette saison. »

Convaincu… par son petit-fils

Gilles Lapierre est du genre à fuir les projecteurs. Il n’a rien contre les journalistes, mais il n’est pas fou des entrevues. Et vous avez besoin de vous lever de bonne heure pour pouvoir le prendre en photo !

« J’apprécie l’hommage que les Inouk sont sur le point de me rendre, mais j’ai dit non lorsque Marco [Bernard] m’en a parlé la première fois, raconte-t-il. Si j’ai fini par accepter, c’est à cause de Benjamin, 10 ans, un de mes petits-fils. Quand je lui raconté ce que l’organisation voulait faire, ses yeux sont devenus brillants et il m’a supplié de dire oui. Je le fais d’abord pour lui et pour les autres membres de ma famille. »

Car Lapierre est un homme de famille. Quand il parle de son implication dans le milieu du sport de chez nous (il a œuvré dans le monde du baseball et du soccer également), il mentionne la grande influence qu’ont eue son père Roméo et ses frères dans sa vie.

« Mon père a fait énormément pour le sport à Granby et il n’a jamais été honoré. Moi, j’ai cette chance, j’ai ce privilège. L’hommage qu’on va me faire, je vais le prendre au nom de la grande famille de Roméo Lapierre. »

Il risque d’y avoir un brin d’émotion dans l’air vendredi soir…

Marc-Antoine Dufour affrontera les tirs de l'Arctic.

L’ARCTIC, UNE PETITE DERNIÈRE AVANT NOËL

Le match opposant les Inouk à l’Arctic, vendredi soir, sera le dernier de la troupe de Patrice Bosch avant la pause des Fêtes. Les Granbyens ne reprendront ensuite l’action que le 4 janvier, alors que les Forts de Champly s’amèneront au centre sportif Léonard-Grondin.

Avec leurs quatre victoires en 30 matchs, l’Arctic n’a rien pour inquiéter les Inouk (21-8). Mais comme on l’entend souvent, n’importe qui peut battre n’importe un soir donné dans la Ligue de hockey junior AAA.

Marc-Antoine Dufour sera devant le filet des Inouk. S’il y a quelques cas incertains, il est assuré que Nicolas Roy, Hubert Cyrenne-Blanchard et Nathan Martel, tous blessés, et que Miguel Duchaine, suspendu après avoir donné une mise en échec par derrière à un joueur du Révolution dimanche dernier à Pierrefonds, ne seront pas en uniforme.

De retour comme Patrice Bosch du Défi mondial de hockey junior A, Thomas Caron sera de l’alignement.