Dominic Lussier ne s’en cache pas : il veut mousser le moteur W16.

La « très belle alternative » de Dominic Lussier

Les modifiés disputaient vendredi soir la deuxième des cinq manches du championnat W16. À la suite de la dernière épreuve, les pilotes qui auront fini dans le top 5 seront éligibles à remporter… un moteur W16.

Dominic Lussier ne s’en cache pas : il veut mousser ce nouveau type de moteur, fabriqué au Wisconsin, par un motoriste qui n’est associé ni à Chevrolet ni à Dodge. Pourquoi ? En raison de son coût plutôt abordable.

« Les moteurs que nos pilotes utilisent coûtent plus de 30 000 $, explique Lussier, alors qu’un moteur W16 coûte environ 15 000 $. On s’entend, la différence est énorme. »

Lussier est très au fait qu’il en coûte de plus en plus cher aux équipes pour aller aux courses. En fait, c’est une question qui le préoccupe énormément, dit-il.

« On a deux choix : ou bien on augmente les bourses ou bien on tente de réduire les coûts. À l’heure où on se parle, ça semble plus facile de tenter de réduire les coûts. Et on essaie fort de trouver des façons de faire. »

Lussier, on le sait, a offert un moteur W16 à Kayle Robidoux afin qu’il revienne à l’Autodrome. Mais Robidoux a affirmé que le moteur semble « manquer de souffle » sur une longue piste comme celle de Granby.

« Le W16 développe un peu moins de forces qu’un moteur 358, mais comme il est plus léger, ça s’équivaut, pense Lussier. Ce que ça nous prend, c’est un pilote qui va rouler régulièrement avec un W16 afin de récolter des données et de développer le moteur. »

Et Lussier semble avoir trouvé ce pilote. À compter du 13 juillet, Martin Roy, qui a couru en série Xfinity de NASCAR, effectuera un retour sur la terre battue et son modifié sera doté d’un moteur W16.

« C’est l’idéal. Martin ne s’en vient pas pour gagner le championnat et il va nous aider à récolter des données et à développer le moteur. Ses fils Jérémy et Félix vont éventuellement courir en modifié (Jérémy court déjà en sportsman) et Martin est très au fait des coûts reliés à notre sport. Et il veut faire sa part pour aider à les réduire. »

Sans dire que l’avenir passe par le moteur W16, Lussier affirme que le moteur en question pourrait s’avérer « une très belle alternative » dans le futur.