«Je passe toujours pour le vilain, un rôle qui je n’apprécie pas du tout!, lance Kevin Lacroix.

Kevin Lacroix en a assez!

SAINT-EUSTACHE – Kevin Lacroix est tanné. Tanné de passer pour le méchant de la série canadienne de NASCAR. Ce qu’il n’est pas, clame-t-il haut et fort.

«Ça fait trop longtemps que ça dure, ça fait trop longtemps qu’on m’accuse de tous les maux, a-t-il lancé, samedi après-midi, à la suite des pratiques de l’épreuve de Saint-Eustache. À un moment donné, y’a des limites!»

Lacroix a encore été impliqué dans une controverse, il y a deux semaines à Bowmanville, quand il a poussé la voiture d’Alex Tagliani hors de sa trajectoire lors du dernier tour de l’épreuve jusque-là dominée par le pilote de Lachenaie. Et c’est finalement celui originaire de Saint-Eustache qui l’a emporté.

Tagliani, qui a terminé quatrième, n’a pas mâché ses mots envers Lacroix, notamment dans la chronique qu’il signe dans La Voix de l’Est et l’ensemble des quotidiens du Groupe Capitales Médias.

«Des pilotes comme Tagliani et Andrew Ranger, qui sont là depuis longtemps, ont toujours l’attention des médias lorsqu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas à leur goût. Mais moi, j’ai rarement la chance de répliquer. Et je passe toujours pour le vilain, un rôle qui je n’apprécie pas du tout!»

S’il admet qu’il est «combatif» en piste, Lacroix affirme qu’il n’est «certainement pas pire que les autres».

«Si vous avez du temps, on va regarder des vidéos ensemble. Et vous allez voir que j’ai été victime aussi souvent de poussettes et de trucs du genre, sinon plus souvent encore, que ceux qui se plaignent de moi. Ça m’est arrivé encore à Antigonish, il y a quelques semaines, lorsque Jason Hathaway a tenté de me sortir au dernier tour, ce qui m’a coûté la victoire et ce qui lui a permis de gagner. On peut regarder plein de vidéos et faire un gros débat et vous allez voir que j’ai raison!»

Clairement, Lacroix est un pilote marqué. Comme certains joueurs au hockey. Plus que jamais, on a l'impression qu'il est seul dans son coin face aux autres pilotes de la série.

«Je ne sais pas si je suis marqué. En fait, je suis marqué face aux fans des Tagliani, Ranger, Alex Labbé et cie. Eux, ils ne me laissent rien passer, c’est sûr.»

L’incident d’Antigonish, il y a deux ans, a laissé des traces. Vous vous souvenez lorsque Lacroix, une fois la course terminée, avait heurtée volontairement la voiture d’Alex Labbé?

«Ce n’était pas mon meilleur coup, c’est vrai, mais encore une fois, je ne suis pas le seul à avoir fait des niaiseries. Mais on dirait que c’est toujours pire quand c’est moi!»

Une dernière fois chez lui

C’est le dernier arrêt de la série canadienne de NASCAR à Saint-Eustache, samedi. Et Saint-Eustache, c’est le pays de Kevin Lacroix.

«Je n’avais jamais couru à l'Autodrome avant de faire le saut en NASCAR, mais j’ai passé tellement de soirées ici quand j’étais plus jeune, a-t-il mentionné. Ça me fait vraiment de la peine de voir la piste fermer…»