Kingsbury, couronné champion aux Jeux olympiques de Pyeongchang, a été coiffé en finale par le Japonais Ikuma Horishima.

Justine Dufour-Lapointe et Mikael Kingsbury en argent au Japon

Mikael Kingsbury et Justine Dufour-Lapointe ont décroché l’argent en bosses à la Coupe du monde de ski acrobatique présentée à Tazawako, au Japon, samedi.

Tout comme lors de l’épreuve de la Coupe du monde présentée à Mont-Tremblant en janvier, Kingsbury, couronné champion aux Jeux olympiques de PyeongChang, a été coiffé en finale par le Japonais Ikuma Horishima.

Horishima s’est hissé au premier rang du podium à la suite d’une descente qui lui a valu 91,03 points. Avec une récolte de 89,27 points, Kingsbury s’est contenté de l’argent, ayant commis une erreur au dernier saut. Le bronze est allé à Dmitriy Reikherd (87,27), du Kazakhstan.

«J’ai connu une belle qualification et une bonne finale. En super finale, Ikuma a encore fait un coup de théâtre. Il a sorti une grosse descente, a dit Kingsbury. Je savais que j’étais capable. Je suis capable de le battre tous les jours, mais on dirait qu’en gagnant les Jeux, je n’ai pas vraiment de pression ici. Je veux juste faire du bon ski».

Premier au classement de la Coupe du monde, Kingsbury a toujours atteint le podium en Coupe du monde cette saison. Il a remporté les six premières compétitions, portant sa série de victoires d’affilée à 13.

Relégué au pied du podium à PyeongChang, le Canadien Marc-Antoine Gagnon ne s’est pas qualifié pour les rondes finales, obtenant le moins bon résultat des 23 participants.

Laffont l'emporte encore

Après avoir récolté la médaille d’argent aux Jeux de PyeongChang, Justine Dufour-Lapointe a réédité grâce à une note de 81,33.

La Française Perrine Laffont, sacrée en Corée du Sud, a décroché l’or en vertu d’un pointage de 83,03. Avec un écart de 0,27 point sur le deuxième rang, l’Américaine Keaton McCargo a obtenu la troisième position.

«Je suis plus que contente, a dit Justine Dufour-Lapointe. J’espérais une médaille ici et c’était tout un défi parce que les conditions de neige changent beaucoup. Normalement, ça me frustre. Mais là, je me suis dit que j’allais juste me concentrer à bien skier et que rien n’allait me déranger.»

Elle était sereine sur la ligne de départ.

«En haut de la piste, je regardais le décor. Je regardais la plus grosse foule de partisans japonais que je n’ai jamais vue. Je me suis dit : '‘ils m’aiment et je veux leur redonner de l’amour en leur donnant un bon spectacle’'. J’ai pris cette énergie et je pense que ça m’a aidé à donner un bon spectacle. J’en suis fière.»

Après s’être qualifiées pour la première finale, Audrey Robichaud, neuvième, et Chloé Dufour-Lapointe, 11e, n’ont toutefois pas été en mesure de se qualifier pour la deuxième finale, qui comptait les six meilleurs résultats.