Jonathan Fortier veut améliorer sa technique.

Jonathan Fortier a obtenu ce qu’il voulait

Jonathan Fortier a finalement obtenu ce qu’il voulait dimanche soir : une nouvelle chance.

Fortier était en uniforme pour la première fois de la série opposant les Bisons au Métal Pless, après avoir également regardé les deux derniers matchs du calendrier régulier depuis les gradins. Pour tout dire, l’homme fort ne s’attendait même pas à disputer une autre rencontre cette saison.

« J’ai été patient et je n’ai pas dit un mot, a expliqué le Granbyen avant le match. Je n’ai jamais lâché l’équipe non plus. »

Fortier, qui a été inséré dans l’alignement à la place de Martin Trempe, aurait pu jouer avec les 3L de Rivière-du-Loup, dans la Ligue nord-américaine, vendredi soir. Mais il a préféré accompagner les Bisons à Plessisville, même s’il savait qu’il ne serait pas en uniforme.

« La Ligue nord-américaine, c’est l’fun, mais mon équipe, c’est les Bisons. Les coachs savent que ma loyauté va d’abord aux Bisons. »

Et c’est probablement cette loyauté qui lui a permis d’être dans l’alignement dimanche. Après tout, les Bisons disputaient peut-être leur dernier match devant leurs partisans.

En tout et partout, Fortier a disputé 16 matchs avec les Bisons et quatre avec les 3L cette saison.

Des croûtes à manger

Jonathan Fortier l’avoue : il ne fait pas encore partie de l’élite des hommes forts du hockey senior. Son dernier combat avec les 3L, qui s’est très mal passé, l’a d’ailleurs marqué.

« J’ai encore des croûtes à manger, c’est vrai, a-t-il dit. Je n’ai pas l’expérience d’un gars comme Martin Trempe non plus. Mais j’ai l’intention de travailler ma technique au cours de l’été afin de prendre une coche en vue de la saison prochaine. Une connaissance m’a mis en contact avec Georges Laraque et on va peut-être travailler ensemble… »

Car Fortier le sait aussi : ce ne sont pas ses talents de hockeyeur qui vont le garder dans l’alignement.

« C’est pas compliqué, j’ai joué junior A à Bedford. Alors quand les coachs des Bisons me disent qu’on est en séries et qu’on a besoin de davantage d’habiletés, je comprends très bien. »

Mais voilà, l’athlète de 30 ans apprécie la chance que les Bisons lui donnent.

« Les Bisons, c’est la grosse équipe dans la région. Quand tu joues pour eux, tu es quelqu’un. On ne fait pas ça pour ça, mais c’est quand même agréable. »

Assurément, Fortier va se pointer au prochain camp d’entraînement.

« J’aimerais être ici longtemps », a-t-il conclu.