«J’ai 49 ans et j’ai encore du fun en piste. La victoire m’obsède encore, mais ça, c’est moi», explique Jocelyn Roy.

Jocelyn Roy : ne jamais dire jamais

Jocelyn Roy affirme qu’il est tanné des chicanes et des conflits. Mais il a encore suffisamment de choses sur le cœur pour bouder à nouveau l’Autodrome Granby cette saison.

« Ce sera encore ma seule visite de la saison, a averti Roy en arrivant à l’Autodrome. Je ne veux pas revenir sur le passé, je préfère regarder en avant et je ne parlerai pas contre personne. Mais croyez-moi, je suis sincèrement heureux d’être ici ce soir et j’entends bien profiter de ma soirée. »

En 2018, Roy court au Cornwall Motor Speedway et il participe aux épreuves de la série DIRTcar, ce qui l’a amené à Granby vendredi. À Cornwall, il a remporté les deux premières épreuves de la saison.

« Cornwall, j’aime ça, je passe de belles soirées. Je vise le championnat, c’est clair. »

La saison dernière, il a remporté le championnat au RPM Speedway et il a terminé deuxième au classement de la série DIRTcar.

« J’ai 49 ans et j’ai encore du fun en piste. La victoire m’obsède encore, mais ça, c’est moi. »

Roy, plusieurs fois champion à l’Autodrome, affirme qu’il ne ferme pas la porte à jamais sur un retour de façon régulière à Granby.

« Il ne faut jamais dire jamais, ça a l’air. Mais ça prendrait des changements. Mais j’ai promis de ne pas parler contre personne et je vais tenir ma parole… »

Roy, on le sait, n’a jamais entretenu une relation facile avec le promoteur Dominic Lussier. Pas plus qu’avec plusieurs pilotes, remarquez bien. Mais il demeure un grand champion.

« Je m’ennuie de mes fans à Granby. Je le répète, il ne faut jamais dire jamais… »