Judy-Fée, 7 ans, et sa jument Heaven forment un duo de choc aux Jeux équestres du Québec qui ont lieu à Bromont ce week-end. La jeune cavalière est accompagnée de son entraîneuse Marie-Pierre Cloutier.

Jeux équestres: Judy-Fée, la détermination à tout crin

«On jurerait que Judy-Fée est née au monde sur une selle !» La jeune trifluvienne de sept ans ne finit pas d’impressionner son entraîneuse, qui la qualifie d’« indestructible », faisant écho à sa ténacité à cheval. Pas étonnant alors que son surnom soit «le tank» ! Sur sa jument Heaven, la jeune fille participe pour la première fois aux Jeux équestres du Québec, qui se tiennent à Bromont, cette fin de semaine, dans la catégorie d’âge... des 13-18 ans.

Les rubans, Judy-Fée les collectionne. En effet, ses excellentes performances obtenues lors de sa première saison de concours au niveau régional — elle a terminé 3e dans sa catégorie aux cumuls des résultats obtenus — lui ont permis de se qualifier pour cette compétition prestigieuse, mettant en lice 350 cavaliers venant de partout au Québec.

Depuis vendredi matin, et jusqu’à dimanche, elle concourt dans la discipline du dressage/initiation junior, soit le premier échelon des compétitions de dressage, pour la région Centre-du-Québec. Concrètement, cela consiste à exécuter différentes figures de manège, au pas et au trot. Les cavalières sont jugées sur la précision des figures, la cadence et la qualité d’exécution de celles-ci.

« L’objectif principal de ce week-end est que Judy-Fée ait du plaisir et qu’elle prenne de l’expérience », tempère cependant son entraîneuse Marie-Pier Cloutier, qui est également copropriétaire des écuries Les crins libres à Trois-Rivières.

L’équitation dans le sang
En vue des Jeux équestres Québec, la fillette s’est entraînée six jours par semaine avec Heaven, passant ainsi plus de temps à l’écurie qu’à l’école, ses parents ayant choisi de lui donner des cours à la maison la majorité du temps.

« L’équitation coule dans ses veines, image Mme Cloutier. Ça fait partie intégrante de sa vie. Ce n’est pas juste un sport, c’est une passion profonde. »

Et quand elle ne s’entraîne pas, elle se présente quand même à l’écurie pour aider. « Elle aime toujours donner un coup de main, que ce soit à l’entretien ou pour la préparation des cours… C’est très rare qu’on ne la voie pas une journée », explique son entraîneuse.

Celle qui monte à cheval depuis qu’elle a trois ans ne s’est pas non plus sentie intimidée quand elle a dû s’habituer à chevaucher un vrai et grand cheval, le poney qu’elle montait auparavant s’étant blessé. Pas évident quand on mesure 4 pi et 2 po... et que l’encolure de Heaven est à 5 pi et 4 po du sol.

Toute la saison, la fillette a dépassé les attentes de ceux qui l’entouraient. Lors des concours auxquels Judy-Fée a participé, la jeune cavalière s’est ainsi mesurée avec succès à des plus grandes qu’elles. « Dans sa saison, elle a déjà battu deux personnes de 18 ans », souligne sa coach.

Et les Jeux équestres du Québec se présentent sous de très bons augures pour celle qui rêve, devinez quoi, de grandir entourée de chevaux. « Plus tard, je voudrai être coach », dit-elle, gênée, alors qu’elle venait à peine d’arriver sur le site du parc équestre olympique de Bromont.

En effet, après s’être levée à 5 h du matin vendredi afin de préparer Heaven, la jeune cavalière a obtenu une 4e place sur un total de 17 participantes.

« Encore une fois, c’est un résultat qui est au-delà de mes attentes. Elle a eu un calme exemplaire alors que Heaven était très nerveuse, s’exclame son entraîneuse. Quel merveilleux résultat pour une enfant de sept ans dont c’est la première saison de concours à vie ! »

Duo de choc
Ces bons résultats s’expliquent par la belle complicité que la jeune fille et sa jument de 21 ans ont bâtie ensemble. Pas de doute, Judy-Fée et Heaven forment un duo de choc. « Heaven aussi pourrait être qualifiée de tank. Elle est inarrêtable ! », de dire Marie-Pier Cloutier.

« C’est une magnifique expérience qu’on vit avec elle », indique l’entraîneuse, avant d’ajouter : « Être toute petite sur un grand cheval, ça rend l’expérience encore plus merveilleuse. »

Des parents très présents

 « Elle a beaucoup de chance d’avoir des parents aussi impliqués que cela dans l’équitation », fait remarquer Marie-Pier Cloutier, entraîneuse d’équitation de la fillette de 7 ans.

École à la maison, présence quotidienne à l’écurie, sacrifices financiers pour permettre à leur fille de pratiquer sa passion… les parents de Judy-Fée ne lésinent sur rien pour lui permettre de vivre sa passion des chevaux.

« Moi j’ai toujours aimé les chevaux, et mon mari aussi », explique sa maman, Claudiane Dubé.

Et avec leur fille, c’est comme si une nouvelle vie s’offrait à toute la famille. « On vit quasiment un rêve », reconnaît Mme Dubé, complètement enthousiaste.