La cérémonie de pré-départ était la dernière rencontre des athlètes avant le départ pour la compétition.

Jeux du Québec: de la fébrilité dans l’air

Un moment mémorable se déroulait pour une centaine de jeunes athlètes de la région, vendredi soir au Cégep de Granby. La rencontre pré-départ pour la 53e finale des Jeux du Québec, qui se tiendra cette année à Thetford Mines du 27 juillet au 4 août, était l’occasion de donner le ton pour la plus importante compétition sportive junior au Québec. Même si tous les athlètes étaient déjà au courant de leur sélection parmi la délégation Richelieu-Yamaska, une évidente fébrilité se dégageait de l’auditorium du Cégep.

Il s’agissait de la dernière rencontre réunissant tous les athlètes de Richelieu-Yamaska. Tous se reverront la semaine prochaine, mais à l’intérieur des autobus qui les mèneront jusqu’aux installations des Jeux.

Cette cérémonie toute spéciale se déroulait donc à Granby, une ville qui fournit un nombre prépondérant d’athlètes à la région de Richelieu-Yamaska. Comme le soulignait la chef de la délégation, Diane Gosselin, parmi les 156 athlètes provenant des 42 municipalités incluses sur le territoire de Richelieu-Yamaska, 23 sont Granbyens.

Stress et camaraderie
Dans un monde qui voue un culte à la performance et où la compétition occupe une place d’importance, les Jeux du Québec demeurent l’occasion de voir ce que le sport junior a de mieux à offrir : la camaraderie ainsi que le respect de l’effort et de la discipline.

« C’est le temps de mettre fin à toutes vos guéguerres et d’unir vos forces pour le succès de la délégation », a souligné le conseiller municipal Stéphane Giard, qui a brièvement pris la parole au début de la cérémonie.

Les yeux des joueuses de soccer s’illuminaient lorsqu’on les a questionnées concernant la compétition qui les attend la semaine prochaine.

« On a déjà l’impression d’avoir accompli quelque chose en étant sélectionnée, mais c’est sûr qu’on est un peu stressée. On a hâte d’être sur le terrain ! », a soufflé Marie-Ange Roy, une athlète de Sainte-Marie-Madeleine.

Un peu plus loin, c’était l’équipe de basketball féminine qui sentait la pression s’installer.

« Les années précédentes, les équipes ont vraiment bien performé. C’est clair qu’on sent de la pression pour être à la hauteur, mais on est confiantes », a lancé Éliane Bourgeois, une basketteuse de Saint-Bernard-de-Michaudville.

Les joueuses de l’équipe de soccer féminine étaient fébrile a hâte de performer la semaine prochaine.

Des Jeux en famille 
Les Jeux du Québec riment souvent avec famille, a rappelé Marie-Claude Delisle, qui siège à un comité sportif depuis quelques années.

Son propre fils en est à sa cinquième participation, cette fois comme entraîneur.

Pour certains athlètes, il s’agit de la famille sportive, des rencontres faites durant les Jeux et d’amitiés entretenues grâce à la compétition sportive, mais pour d’autres, la notion de famille prend une dimension toute spéciale lorsqu’on est sélectionné en même temps que son frère ou sa sœur.

On peut penser aux sœurs Rebecca et Veronica Perez de Lac-Brome, qui représenteront la région en golf, à Matis et Nathan Duffar-Calder, qui feront de même en voile, ou encore aux Sheffordois Maxence et Laurie Boisvert, qui performeront en athlétisme.

Cette dernière a d’ailleurs été choisie comme porte-drapeau pour la délégation de Richelieu-Yamaska, une nomination prestigieuse réservée aux athlètes les plus persévérants.

Il ne reste plus que quelques jours aux athlètes locaux pour se préparer psychologiquement. Vendredi prochain, ils s’embarqueront pour ce qui pourrait bien être le point culminant de leur carrière sportive.