Jérémy Brown avait terminé la dernière saison à titre de capitaine des Inouk.

Jérémy Brown avec les Maroons?

Les équipes de la Ligue de hockey senior de la Mauricie ont jusqu'à 23 h 59, jeudi, pour mettre sous contrat des joueurs dits « statués », c'est-à-dire des joueurs qui possèdent de l'expérience de la Ligue nord-américaine, de la LHJMQ et de la Ligue junior AAA. Et les Maroons discutent présentement avec Jérémy Brown, l'ex-capitaine des Inouk.
Brown vient d'être libéré par le Wild de Windsor et il intéresse fortement les Maroons. En huit matchs avec le Wild, il a amassé cinq buts et sept points.
Il a été libéré, paraît-il, parce qu'il traîne une blessure et qu'il aurait demandé au Wild de lui laisser quelques semaines pour se soigner. Ce que l'équipe aurait refusé.
Brown a terminé la dernière saison à titre de capitaine des Inouk après que Francis Brunelle ait quitté l'équipe. Après avoir été acquis de Chambly, il a récolté 22 points en 17 matchs avant d'amasser 14 points en autant de rencontres en séries.
Il avait aussi connu de belles saisons avec les Cougars du Collège Champlain de Sherbrooke auparavant.
« C'est un bon joueur, c'est clair, a mentionné le directeur général et entraîneur des Maroons, Michel Deschamps. On verra si on peut s'entendre. »
Un aréna défraichi ?
Les gens de l'hôtel de ville de Waterloo ont été déçus de lire que l'auteur de ces lignes considérait l'aréna Jacques-Chagnon comme « défraichi » dans sa chronique de mercredi.
« Il n'a pas été rénové de fond en comble comme l'aréna de Granby, mais on met bon an mal an environ 100 000 $ en entretien par année, a expliqué le directeur des travaux publics Louis Verhoef. En 2011 seulement, on a mis 500 000 $ alors qu'on a remplacé les baies vitrées, les bandes et la resurfaceuse. Il ne faudrait pas que les gens pensent qu'on laisse aller notre aréna. »
Plusieurs arénas ont subi de grandes rénovations au cours des dernières années au Québec. Est-ce qu'on y songe à Waterloo ?
« On en discute toujours, mais l'aréna n'est pas notre seule infrastructure sportive et il faut penser à tout le monde, a souligné Verhoef. Chez nous comme ailleurs, il faut faire des choix. »
Un vestiaire digne de ce nom pour les Maroons, qui font rayonner de plus en plus Waterloo, une galerie de presse un peu plus solide ainsi qu'un bon coup de pinceau changerait pour la peine l'allure de l'aréna Jacques-Chagnon.