Après avoir mené le Titan d’Acadie-Bathurst à la conquête de la Coupe Memorial, Jeffrey Viel tente de se faire une place dans la Ligue américaine, avec le Barracuda de San Jose.

Jeffrey Viel doit continuer à travailler fort

Au moment de l’entrevue, il pleuvait à boire debout à Granby alors que, en Californie, il faisait un soleil radieux. Il faisait chaud aussi. C’est dans ce contexte que Jeffrey Viel entreprend sa carrière au hockey professionnel.

Viel, qui a passé une bonne partie de son enfance à Ange-Gardien et qui vit aujourd’hui à Valcourt, porte l’uniforme du Barracuda de San Jose, club-école de la Ligue américaine des Sharks. Après avoir mené le Titan d’Acadie-Bathurst à la conquête la Coupe Memorial le printemps dernier, l’athlète de 21 ans entame la première de ses deux années de contrat avec le Barracuda.

« Ça se passe bien jusqu’ici, mentionne-t-il à la suite de la séance d’entraînement de son équipe. Je suis une recrue, je joue sur le quatrième trio, mais l’adaptation se fait plutôt bien. On est dans le pro, les gars sont plus rapides, plus grands et plus gros, mais je suis plutôt satisfait de la manière dont ça se passe. »

Viel ne s’est pas fixé de gros objectifs à ses premiers pas chez les pros.

« Ce que je veux, c’est travailler fort, rester dans l’alignement et faire tranquillement ma place. Le reste va venir ensuite. »

Viel a été blanchi à ses trois premiers matchs avec le Barracuda. Joueur robuste, il a toutefois déjà passé sept minutes au cachot.

« Je suis le même joueur que j’étais dans le junior. J’ai toujours travaillé dur pour avoir du succès et c’est ce que je dois continuer à faire. Après tout, c’est ça qui m’a amené jusqu’ici. »

La saison dernière, il a amassé 62 points, dont 39 buts, avec le Titan. Puis, en séries, il a récolté 23 points en 20 matchs, ce qui lui a permis de mettre la main sur le trophée Guy-Lafleur, remis au joueur par excellence des éliminatoires. Il a ajouté 10 autres points au tournoi de la Coupe Memorial.

« Notre conquête de la Coupe Memorial sera toujours une grande inspiration pour moi. Gagner, gagner pour vrai, je sais maintenant ce que c’est. Ça donne confiance d’être allé jusqu’au bout. »

En santé

La dernière fois qu’on avait parlé à Jeffrey Viel, c’était à la suite du triomphe du Titan. Mais autant il était heureux, autant il était inquiet en raison d’une blessure à un genou qu’il s’était infligé dans les dernières minutes du match ultime du tournoi.

« J’ai finalement été opéré au ménisque et la réhabilitation s’est très bien passée, explique-t-il. C’était inquiétant, mais ça a finalement bien tourné. Je suis débarqué au camp du Barracuda en parfaite santé. »

Viel est un des cinq Québécois à porter l’uniforme du Barracuda. Il vit avec trois d’entre eux à l’intérieur d’une maison qu’ils ont louée.

« Un des gars en est à sa deuxième saison ici et un autre, à sa troisième. C’est l’fun parce qu’ils peuvent nous parler de ce qu’ils ont vécu à leurs débuts chez les pros. Quand tu entreprends quelque chose de nouveau, tu prends tout ce que tu peux de l’expérience des autres. »

Et la Californie, c’est agréable?

« Depuis que je suis ici, il n’a plu qu’une seule fois. Ça va être un hiver différent de ceux du Nouveau-Brunswick et du Québec, mettons. Mais il faut rester concentré à 100 % sur le hockey, qu’importe le soleil et le beau temps. Je suis ici pour jouer au hockey, pas pour être en vacances. »