«Il n’y a personne qui va me faire dire qu’il n’y a pas de talent dans ce vestiaire. Du talent, il y en a et il y en a beaucoup même. Mais il faut que chacun revienne au rôle qu’il a et qu’il le respecte», explique Jacob Graveline.

Jacob Graveline s’inspire des Blues

Avec ses huit buts et son total de 19 points, Jacob Graveline s’impose comme le meilleur marqueur des Inouk. Mais voilà, l’athlète de 19 ans a l’impression qu’il doit en donner plus pour aider son équipe à renouer avec le succès.

« J’ai eu une bonne discussion avec Patrick (Bergeron) l’autre jour et on pense tous les deux que je peux en faire davantage, a expliqué Graveline avant la séance d’entraînement des Inouk, jeudi après-midi. Comme le disait notre directeur général (François Graveline) dans La Voix de l’Est, tout le monde doit en donner plus présentement. C’est de cette façon qu’on va s’en sortir. Et moi, je suis un vétéran et je dois montrer l’exemple. »

Les Inouk (6-8-2) visitent les Flames de Gatineau (4-12-1) vendredi soir et ils reçoivent les Prédateurs de Saint-Gabriel-de-Brandon (4-10-2) dimanche après-midi. Le week-end semble fait sur mesure pour ramener la troupe granbyenne sur la bonne voie, bien qu’elle se soit inclinée 6-2 en Outaouais il y a quelques semaines.

« Une fin de semaine de deux victoires, ça nous ferait vraiment du bien, a repris Graveline. Ça nous aiderait à reprendre confiance. Car notre confiance est très fragile présentement, tout le monde le voit. »

Mais Graveline, à l’instar de son directeur général, ne panique pas.

« Il n’y a personne qui va me faire dire qu’il n’y a pas de talent dans ce vestiaire. Du talent, il y en a et il y en a beaucoup même. Mais il faut que chacun revienne au rôle qu’il a et qu’il le respecte. Présentement, il y a trop de gars qui sortent de leur rôle. »

Les Inouk ont perdu leurs trois derniers matchs et six de leurs sept derniers.

Rien de perdu

Jacob Graveline, qui est revenu avec les Inouk en pleines séries éliminatoires le printemps dernier après une saison avec les Cougars du Collège Champlain au niveau collégial, s’inspire des Blues de St. Louis quand il regarde ce qui se passe avec son équipe.

« Rappelez-vous qu’au jour de l’An, les Blues avaient le pire dossier de toute la Ligue nationale, a-t-il rappelé. Ils ont cherché des solutions, ils n’ont jamais lâché… et ils ont fini par gagner la coupe ! Nous sommes dans une mauvaise période, mais il n’y a absolument rien de perdu. Il faut compétitionner plus, c’est tout. »

Chose certaine, Graveline ne regrette pas d’être revenu à Granby, bien qu’il étudie toujours à Sherbrooke.

« Je joue chez nous, devant mes parents et mes amis et les Inouk, c’est mon équipe. On va s’en sortir, je le sais », a-t-il conclu.