« Les Inouk ont été extraordinaires avec moi la saison dernière après que j’ai été opéré au genou gauche. Je leur dois beaucoup », affirme Jacob Graveline, qui admet que la décision qu’il a prise a été très déchirante.

Jacob Graveline fait faux bond aux Inouk

Après avoir été retranché par le Phoenix de Sherbrooke la semaine dernière, Jacob Graveline a pris une décision qu’il qualifie de « très déchirante ». Ainsi, au lieu de se rapporter aux Inouk, il a décidé de joindre les rangs des Cougars du Collège Champlain, du hockey collégial.

« Je croyais vraiment en mes chances de me tailler une place avec le Phoenix, mais ça n’a pas fonctionné, a expliqué le Granbyen. Et quand on m’a appris que j’étais retranché, j’étais perdu, je ne savais pas quoi faire. J’ai évalué mes options et j’en ai conclu que le hockey collégial était le meilleur endroit pour moi. »

Si Graveline a choisi les Cougars au détriment des Inouk, c’est parce qu’il veut mettre véritablement la priorité sur ses études, dit-il.

« L’idée d’étudier en anglais me plaît beaucoup. Et ce sera probablement plus facile de concilier études et hockey au niveau collégial. »

L’athlète de 18 ans affirme que sa décision n’en est pas une contre les Inouk.

« Les Inouk ont été extraordinaires avec moi la saison dernière après que j’ai été opéré au genou gauche. Ils ont pris soin de moi, ils m’ont attendu et ils m’ont donné ma chance dès mon retour. Je leur dois beaucoup. La décision que je viens de prendre, ce n’est surtout pas contre eux. »

En huit matchs du calendrier régulier la saison dernière, Graveline a amassé cinq points, dont deux buts, à la suite de son retour au jeu. Il aurait assurément été un joueur important au sein des Inouk en 2018-2019.

Quant à Patrice Bosch, il n’a pas caché sa déception. Et on a senti qu’il se mordait même les lèvres un brin.

« Le jeune a 18 ans et il est libre de prendre ses décisions, a-t-il dit. Mais moi, je suis très déçu. Mais bon, nous sommes dans un pays libre… »

Graveline a déjà joué un match préparatoire avec les Cougars.

Nicolas Roy bientôt à Granby ?
Patrice Bosch n’a pas appris que des mauvaises nouvelles au cours des derniers jours. Bien sûr, il y a la performance de son équipe, qui a remporté ses trois premiers matchs préparatoires, dont deux à domicile. Mais il y a aussi le retour de Thomas Caron (Québec) ainsi que celui de Nathan Martel (Charlottetown), ce jeune défenseur de 17 ans dont il a récemment acquis les droits des Forts de Chambly, et le possible retour de l’attaquant Nicolas Roy (Sherbrooke), acquis dans la même transaction que celle de Martel, un joueur sur lequel il fonde manifestement de gros espoirs.

« Avant de confirmer Nicolas en tant que membre des Inouk, il faut attendre de voir s’il sera réclamé au ballotage par une autre équipe de la LHJMQ », a souligné l’entraîneur et directeur général.

Roy, 19 ans, vient de passer deux saisons avec le Phoenix. Utilisé dans un rôle défensif, il a amassé 15 et neuf points.

« Mais Nicolas a connu une saison d’une quarantaine de points dans le midget AAA, a repris Bosch. Il va aussi amener avec lui la maturité d’un joueur qui a évolué deux ans dans la LHJMQ. Et ça, c’est précieux. Je mise sur lui, c’est vrai. »

Puisque la période de transactions va se terminer mardi soir dans la LHJAAAQ, Bosch va attendre à mercredi ou même jeudi avant de faire connaître la liste des joueurs qui vont entamer la nouvelle saison à Granby. Parmi les jeunes qui devraient se tailler une place avec l’équipe, il y a les défenseurs Tristan Chagnon et Benjamin Lussier, des anciens du Titan du Verbe Divin.

S’il y a un endroit où il n’y a aucune compétition à l’entraînement, c’est devant le filet, alors qu’il était déjà clair que Marc-Antoine Dufour et Hugo Duteau allaient être les hommes de confiance de Bosch.