Patrick Provencher a lui-même été victime de racisme au cours de la dernière saison.
Patrick Provencher a lui-même été victime de racisme au cours de la dernière saison.

«Il faut en finir avec le racisme», affirme Patrick Provencher

Patrick Provencher, des Maroons de Waterloo, a participé à la manifestation tenue à Montréal dimanche contre la brutalité policière. S’il dénonce évidemment les actes de vandalisme qui ont été perpétrés, il a l’impression qu’il devait ajouter sa voix à ceux et celles qui en ont assez.

«J’ai participé à la marche parce qu’il faut dénoncer ce qui s’est passé et parce qu’il faut que cette violence cesse une fois pour toutes, a lancé le joueur étoile de la Ligue de hockey senior Richelieu. Nous sommes en 2020 et il faut en finir avec le racisme.»

Provencher affirme qu’il a dû regarder les images de l’arrestation de George Floyd «une couple de fois» afin de réaliser la gravité du geste posé par le policier Derek Chauvin, formellement accusé de meurtre depuis.

«Je regardais ça et je me disais : ‘‘Ça se peut pas! Ben voyons, ça se peut pas!’’ Y’a absolument rien qui justifie une telle violence. Absolument rien. Et quand on pense que le pauvre homme ne résistait même pas à son arrestation, c’est d’autant plus inimaginable.»

À LIRE AUSSI: George Floyd, le «doux géant» mort aux mains de la police américaine

À LIRE AUSSI: Mort de George Floyd : heurts près de la Maison-Blanche, couvre-feu dans de grandes villes [PHOTOS]

Certains suggèrent que le policier aurait peut-être agi de la même façon s’il avait eu affaire à un Blanc. Provencher fronce les sourcils lorsqu’il entend ça.

«La très grande majorité des policiers sont corrects, mais le racisme policier, ça existe, les preuves sont simplement trop nombreuses. Ça fait trop de fois que ça arrive. Je suis indigné et en colère face à ce qui est arrivé à George Floyd, mais à un moment donné, il faut que l’indignation collective serve à nous faire avancer comme société.»

Provencher a lui-même été victime de racisme au cours de l’hiver à la suite d'un match des Maroons. L’histoire, on s’en souviendra, avait même fait les manchettes.

Vandalisme

Au sujet du vandalisme qui a suivi la marche de dimanche à Montréal, Provencher dira qu’il ne faut pas généraliser.

«On a déjà vu du saccage à la suite de grosses victoires du Canadien. Est-ce qu’on a dit que les partisans du Canadien étaient tous des bandits? Dans n’importe quoi, il ne faut jamais mettre tout le monde dans le même panier.»