Grâce à ses succès à l'international, Clara Hughes a contribué à l'essor du cyclisme au Québec.

Hughes, Gariépy et Van den Eynde au Temple de la renommée du cyclisme

Le Temple de la renommée du cyclisme québécois procédera notamment à l'intronisation de Clara Hughes, d'Annie Gariépy et de Eric Van den Eynde samedi soir lors de son gala présenté au Château-Bromont.
Les trois ont eu un impact majeur sur leur sport au Québec. Grâce à leur succès à l'international, les deux premières ont contribué à l'essor du cyclisme chez nous alors que le dernier, en tant qu'entraîneur, a permis à Hughes et à Lyne Bessette, notamment, de se hisser parmi les meilleures de leur sport. 
Voici les principaux faits d'armes de ces trois intronisés.
Clara Hughes
Clara Hughes
Une des plus grandes athlètes de l'histoire sportive canadienne, Hughes demeure l'unique femme à avoir remporté des médailles olympiques lors des Jeux d'été, évidemment en cyclisme, et des Jeux d'hiver, en patinage de vitesse. C'est la première chose à laquelle on pense lorsqu'il est question d'elle. 
Elle a remporté deux médailles de bronze en cyclisme aux Jeux d'Atlanta, en 1996. Elle a raflé sept médailles aux Jeux panaméricains et trois aux Jeux du Commonwealth. Elle a aussi mis la main sur l'argent au championnat mondial de 1995 et a été sacrée plusieurs fois championne canadienne. 
Née à Winnipeg il y a 44 ans, elle a vécu un temps à Glen Sutton, où elle a été très impliquée dans la communauté.
Le plus bel exploit d'Annie Gariépy aura certainement été sa conquête de la médaille de bronze à la course aux points des Jeux du Commonwealth de 1998 en Malaisie.
Annie Gariépy
Le plus bel exploit d'Annie Gariépy aura certainement été sa conquête de la médaille de bronze à la course aux points des Jeux du Commonwealth de 1998 en Malaisie. Mais dans les années 1990 jusqu'au début des années 2000, elle a été l'une des meilleures cyclistes sur route au Canada­, point. 
En 1999, elle a d'ailleurs remporté le Grand Prix féminin international de Québec. 
Native de Bromont, elle a quitté la région pendant quelques années pour des raisons professionnelles, mais elle est revenue s'installer dans sa ville d'origine il y a trois ans. À 41 ans, elle enseigne l'éducation­ physique au niveau primaire.
C'est au Canada qu'Eric Van den Eynde a obtenu la reconnaissance en tant qu'entraîneur.
Eric Van Den Eynde
Né en Belgique en 1955, c'est au Canada qu'Eric Van den Eynde a obtenu la reconnaissance en tant qu'entraîneur. 
Il a été l'entraîneur de Clara Hughes et de Lyne Bessette. Il a aussi été entraîneur en chef du Centre national de cyclisme de Bromont, entraîneur de l'équipe canadienne aux Jeux olympiques de 1996 et de 2000, de même qu'aux Jeux du Commonwealth de 1998 et des Jeux panaméricains de 1999. Il a enfin dirigé l'équipe nationale de paracyclisme de 2009 à 2016. 
En 2015, il a été nommé Bâtisseur de l'année par Cyclisme Canada.
Notons que Steve Rover, comme athlète, et Serge Arsenault, en tant que bâtisseur, feront également leur entrée au Temple de la renommée du cyclisme québécois samedi soir.