Les jeunes porte-couleurs des Maroons de Waterloo (en blanc sur la photo) et ceux des Rockies de Bromont seront dorénavant regroupés sous la bannière des Braves de Brome-Yamaska.
Les jeunes porte-couleurs des Maroons de Waterloo (en blanc sur la photo) et ceux des Rockies de Bromont seront dorénavant regroupés sous la bannière des Braves de Brome-Yamaska.

Hockey mineur: place aux Braves de Brome-Yamaska!

Même si tous ignorent quand seront disputés les prochains matchs de hockey mineur, plusieurs dirigeants locaux demeurent actifs en coulisses afin de favoriser le développement de leur sport. Malgré la pandémie de la COVID-19, on a récemment annoncé le regroupement des structures de Bromont et Waterloo, qui mènera à la création de l’Association de hockey mineur Brome-Yamaska.

« Puisque nous constatons une baisse des inscriptions depuis quelques années à Bromont, nous menions une réflexion pour trouver une manière de maintenir notre association en vie », explique son président, Dave Williams.

« On a exploré différentes avenues. Les responsables de Waterloo devaient composer avec les mêmes défis, avec un membership similaire. Ça devenait donc une collaboration naturelle. »

Le regroupement, qui touche uniquement le volet récréatif (ou « simple lettre »), a été annoncé dans un bref communiqué, aussi cosigné par le président de l’Association de hockey mineur Waterloo, Patrick Gilbert.

Un nom bilingue

On assistera donc à la naissance des Braves de Brome-Yamaska, dont les couleurs seront dévoilées prochainement. Ce nom a été choisi pour refléter le caractère bilingue de la région concernée, explique M. Williams. Lorsqu’une deuxième équipe sera nécessaire dans une classe, on parlera alors des « Warriors ».

Dave Williams estime que ce changement de structures profitera d’abord aux jeunes joueurs, qui devraient normalement se retrouver à un niveau correspondant à leurs habiletés.

« Chaque année, on ne pouvait pas former des équipes dans certaines catégories. On devait donc formuler des demandes de surclassement et de sous-classement pour permettre à tous les jeunes de jouer. Ça devenait de plus en plus compliqué », souligne-t-il.

Puisque les matchs locaux seront répartis à parts égales entre les arénas de Bromont et Waterloo, certains parents devront composer avec des déplacements un peu plus longs. Les coûts d’inscription devraient toutefois demeurer sensiblement les mêmes.

L’Association de hockey mineur Brome-Yamaska sera par ailleurs gérée par un conseil d’administration composé de membres provenant des deux territoires fusionnés.

Fin hâtive

À Bromont, la saison de quelque 175 joueurs a pris fin subitement à la mi-mars, alors que Hockey Québec a décrété l’arrêt de toutes les activités.

« De notre côté, la saison régulière était terminée. Par contre, les jeunes sont privés de leur portion préférée : les séries et les championnats régionaux. On avait de bonnes équipes positionnées pour faire un petit bout de chemin », regrette M. Williams.

Les associations de hockey mineur de la province naviguent maintenant en territoire inconnu. Dans la région, les inscriptions se déroulent généralement en août, puis les activités sur glace débutent dans les semaines précédant la fête du Travail. La crise du coronavirus vient toutefois ébranler toutes les certitudes.

« On ne sait pas quand la prochaine saison débutera, ni combien de joueurs on aura. On est conscient que le budget loisirs de certaines familles sera amputé. Il reste du temps devant nous, mais on peut difficilement prédire l’avenir... »