Vincent Campbell (no 434), de Saint-Paul-d’Abbostford, et Jasmin Côté, de Cowansville, se sont livré une belle lutte en moto.

Grand Prix Ski-Doo de Valcourt: ça prenait du courage!

Avec toute cette neige, ce vent d’une forte intensité et une visibilité très réduite, ça prenait du courage pour se pointer sur le site du Grand Prix Ski-Doo de Valcourt vendredi. Ça en prenait pas mal même.

Mais des mordus, il y en a toujours. Malheureusement, ils n’ont pas eu grand-chose à se mettre sous la dent puisque toutes les épreuves de motoneige qui devaient être présentées sur l’ovale du Circuit Yvon-Duhamel ont été annulées en raison des conditions exécrables. En fait, seules quelques pratiques, en début de journée, ont pu avoir lieu.

Plus téméraires, les pilotes de motos et de VTT ont roulé sur l’ovale. Mais un peu avant 18h, après qu’un deuxième accident ait envoyé un motocycliste à l’hôpital à l’occasion de la première finale de la journée, les organisateurs ont pris la décision de renvoyer tout le monde à la maison, le danger étant devenu clairement trop grand.

Les pilotes de snocross se sont également exécutés le temps des qualifications, mais aucune des finales prévues n’a pu être disputée.

En coulisse, un habitué du Grand Prix, philosophe, a dit : «C’est toujours pareil. À chaque année, on a une journée de mauvais temps, une journée froide et une belle journée. Le meilleur s’en vient!»

La directrice générale du Grand Prix, Véronique Lizotte, avouait de son côté qu’elle avait trouvé la journée éprouvante.

«Ça a été difficile, a-t-elle admis. À un moment donné, on a pensé tout annuler, mais les pilotes de moto et de VTT, après avoir roulé un peu, nous ont dit qu’ils voulaient courir. Mais après deux accidents, il n’était plus question de continuer.»

Les pilotes de motoneige auront été les plus sages.

«Il faut respecter les pilotes, ceux qui donnent le spectacle, et penser à leur sécurité, a repris Véronique Lizotte. Quand ils nous ont dit qu’ils ne voulaient pas rouler, il n’y avait aucun problème avec nous. La sécurité des athlètes, c’est la priorité.»

Grosso modo, c’est plus du deux tiers de la soixantaine d’épreuves prévues qui n’ont pas eu lieu vendredi.

Si tout va bien, l’action reprendra à 11h samedi.

Un seul tour

Les motos de la classe 450 amateur ont été les seules à être parvenues à s’élancer pour une finale. Le premier tour de l’épreuve prévue pour sept n’était toutefois pas encore compléter lorsque Frédérick Pulfer, de Saint-Léonard-d’Aston, a été victime d’un accident à la suite d’un accrochage avec un autre pilote. Il aurait été blessé sérieusement au visage.

Christopher Cordeau, de Roxton Pond, menait lorsque tout a été arrêté.

Jasmin Côté, de Cowansville, avait auparavant remporté une des deux séances de qualification. En classe pro-am 450, Samuel D’Astous, de Roxton Pond, s’était pour sa part imposé deux fois en préliminaire.