Patrick Gosselin se concentre sur les Forts au point où il a refusé, à la suite de l'entraînement de jeudi après-midi, de parler du Collège Français.

Gosselin ne veut pas parler de Longueuil

Les Inouk (28-10-2) vont tenter d'arracher une première victoire au Collège Français (35-3-2) samedi après-midi après quatre tentatives infructueuses cette saison. Mais voilà, ils ont un autre match à disputer auparavant. Et Patrick Gosselin craint que ses joueurs ne l'oublient.
« Les Forts (17-20-4) se sont améliorés pour la peine lors de la période de transactions et ils viennent de remporter trois de leurs quatre derniers matchs (incluant leur victoire de jeudi soir contre Vaudreuil-Dorion), souligne-t-il. C'est une équipe que je ne prends pas à la légère... parce qu'elle ne mérite tout simplement pas d'être prise à la légère. Les gars devront se présenter à l'aréna avec leurs bottes de travail. »
Gosselin se concentre sur les Forts au point où il a refusé, à la suite de l'entraînement de jeudi après-midi, de parler du Collège Français.
« Longueuil, on en parlera plus tard ! », laisse-t-il tomber.
Nathan Ward-Raymond affrontera les tirs des Forts. Il devrait aussi affronter ceux du Collège Français.
Dépasser l'Arctic
Les Inouk, à qui il ne reste que neuf matchs à disputer en saison régulière, sont destinés à finir au deuxième rang de leur division, derrière le Collège Français. Ils ne peuvent ni monter ni descendre. Patrick Gosselin a néanmoins un objectif en tête lorsqu'il s'attarde au classement général.
« Nous sommes à deux petits points de l'Arctic (troisième derrière Longueuil et Terrebonne) et j'aimerais beaucoup que l'on devance Saint-Léonard », souligne-t-il.   
Les Inouk ont encore deux rendez-vous avec l'Arctic, les deux sur la route.