Gilles Fortin a été directeur des sports du cégep de Granby pendant 31 ans. Il est décédé à l’âge de 70 ans.

Gilles Fortin, M. Inouk, n’est plus

Gilles Fortin, qui a marqué la petite histoire du sport granbyen en étant directeur des sports du cégep pendant 31 ans, est décédé cette semaine à l’âge de 70 ans. Selon les informations recueillies, il serait mort des suites d’une crise cardiaque.

« Je suis sous le choc, a lancé l’entraîneur des Inouk du basket, les garçons comme les filles, John Van Doorn. Honnêtement, y’a pas grand-monde qui représentait mieux l’esprit des Inouk que Gilles. On a eu de bonnes discussions, je dirais même que ça a brassé des fois, mais il avait tellement ses équipes à cœur… »

C’est M. Fortin qui a offert le poste d’entraîneur des Inouk du basket féminin à Van Doorn en 1991.

« C’est lui qui m’a permis de me faire un nom dans le monde du basket. C’est le genre de choses qui ne s’oublient pas. Et c’est lui qui a amené le basket au cégep au début des années 80. Il a fait beaucoup pour le sport à Granby et dans la région. »

Le logo des Inouk sur le cœur
En tant que journaliste aux sports à La Voix de l’Est et particulièrement en tant que journaliste affecté au sport collégial, Gaétan Roy a longtemps fait affaire avec Gilles Fortin. Et quand il parle de l’homme, il souligne à son tour à quel point il aimait les Inouk, les Inouk de tous les sports.

« Ça peut paraître cliché, mais il avait véritablement le logo des Inouk tatoué sur le cœur, a-t-il dit. Il était là pour tout le monde, il encourageait tout le monde, c’était M. Inouk. Il faisait son travail, mais il en faisait tellement plus… »

Le journaliste à la retraite aime rappeler que M. Fortin incarnait rien de moins que la joie de vivre.

« Il souriait tout le temps, il était toujours de bonne humeur. Ça fait bizarre de penser qu’il n’est plus là. »

M. Fortin a aussi longtemps été associé au cycliste, lui qui a été l’organisateur du Grand Prix de Granby. C’était aussi un ami des arts, lui qui a été derrière le succès de l’édition locale de Cégeps en spectacle.

À la retraite depuis 2007, M. Fortin possédait une résidence secondaire en Nouvelle-Angleterre. C’est d’ailleurs dans l’État du New Hampshire qu’il est décédé.

Il laisse dans le deuil son épouse Martine, ses deux fils et une petite-fille. La famille recevra les témoignages de sympathies vendredi, entre 19 h et 21 h, ainsi que samedi, entre 15 h et 17 h 15, au complexe funéraire Girardot & Ménard.