Gilbert Delorme affirme avoir toujours autant de plaisir à remettre le chandail du Canadien.

Gilbert Delorme: «Julien fait avec ce qu’il a»

Les anciens Canadiens s’amènent samedi soir au Centre sportif Léonard-Grondin. Et Gilbert Delorme, un de ceux qui endosseront l’uniforme tricolore, sait fort bien que les amateurs lui parleront des performances de son ancienne équipe.

«Que le Canadien gagne ou qu’il perde, ça passionne les gens, explique l’ex-défenseur, devenu animateur de l’émission du matin au 91,9 Sports. Quand il gagne, tout le monde est content et quand il perd, on cherche tous des solutions.»

Selon Delorme, il serait trop simple de pointer du doigt Claude Julien ou Marc Bergevin… même si c’est tentant.

«Il n’y a pas juste une chose qui explique les déboires du Canadien. C’est toujours plus compliqué que ça. L’équipe a été frappée assez durement par les blessures, ce qui nous a permis de constater que le club manque cruellement de profondeur, notamment parce que peu de joueurs repêchés au cours des dernières années se sont développés comme on l’espérait. Ça, c’est un gros, gros problème.»

Delorme ne fait pas partie de ceux qui échangeraient de gros morceaux.

«On parle d’échanger Tatar, on parle d’échanger Petry. Mais on va aller chercher quoi en retour? Des choix au repêchage? Le repêchage, c’est un gros coup de dés, il n’y a aucune garantie. Et si on se fie à la façon dont les jeunes ont progressé au cours des dernières années…»

Delorme n’a jamais mentionné son nom, mais il n’est clairement un fan du directeur du recrutement Trevor Timmins. Et probablement aussi de ceux qui sont responsables de développer les jeunes.

«On a beau dire, Claude Julien fait avec ce qu’il a. Et le Canadien n’a rien d’une puissance, c’est clair.»

Du plaisir

Il n’y a pas si longtemps, Gilbert Delorme participait à 50 ou 60 matchs des anciens Canadiens annuellement. Cette saison, il aura pris part à environ 25 matchs.

«C’est une question d’horaire, reprend-il. C’est devenu difficile pour moi, depuis que je suis à la radio, de rater trois ou quatre jours de travail par semaine. Par exemple, je ne peux plus faire les tournées dans l’Ouest comme avant. Mais à chaque fois que je joue un match, j’ai toujours autant de plaisir. Revoir les boys et rencontrer les partisans, c’est toujours l’fun.»

Delorme, aujourd’hui âgé de 57 ans, a porté l’uniforme du Canadien de 1981 à 1984. Il a ensuite joué à Saint-Louis, Québec, Detroit et Pittsburgh.

Chris Nilan dirigera les anciens Canadiens samedi soir. Au sein de son alignement, outre Delorme, il y aura Guy Carbonneau, Stéphane Richer, Patrice Brisebois, Oleg Petrov, Mathieu Dandenault, Pierre Dagenais, Jesse Bélanger, Normand Dupont et le gardien Richard Sévigny.

Les anciens Canadiens affronteront des gens d’ici. Le match, on le sait, est organisé par les gens du Tournoi international de hockey bantam, dont la 50e édition aura lieu du 12 au 26 février.