Adam Dyczka (à gauche) et Yan Pellerin sont prêts à faire face à la musique. Même s'ils ne sont pas au même stade de leur carrière, les deux ont des objectifs à réaliser.

Gala TKO 37: prêts pour la guerre

Adam Dyczka et Yan Pellerin sont fébriles. Vendredi soir, les deux Granbyens vont remonter dans l'octogone dans le cadre de TKO 37, le deuxième gala présenté par TKO MMA depuis sa renaissance à l'automne.
Dyczka affirme qu'il sera prêt, mais les dernières semaines n'ont pas été faciles pour le poids lourd, un des beaux espoirs en arts martiaux mixtes au Canada. Il a ainsi contracté un streptocoque, puis un vilain rhume et son dos le fait un brin souffrir. Mais voilà, il ne veut pas inquiéter ses fans.
« Quand je vais rentrer dans la cage, il n'y aura plus de bobo, il n'y aura plus rien à part un combattant qui veut absolument gagner, a-t-il lancé mercredi matin avant de s'entraîner au Go Gym, justement propriété de Pellerin. Ceux qui me connaissant savent que je me transforme quand vient le temps de me battre. »
Dyczka est invaincu après trois combats chez les pros. En carte préliminaire, à La Tohu de Montréal, il a rendez-vous avec le Manitobain Jared Henderson (3-2).
« Je suis prêt pour 15 minutes de dur combat, 15 minutes de souffrance. Tant mieux si ça se termine plus rapidement. Mais je suis prêt pour la guerre. »
Dyczka a remporté ses trois combats par KO. L'automne dernier, à sa première bataille à l'intérieur de l'organisation de TKO MMA, son adversaire n'avait pas tenu une ronde. 
« Je sais que les gens ont des attentes envers moi. Et moi aussi, j'ai des attentes envers moi. J'ai 25 ans et si ça ne marche pas pour moi en arts martiaux mixtes, c'est le travail d'usine qui m'attend. Et je n'ai pas le goût d'aller travailler dans une shop... »
Autrement dit, Dyczka vise une place à l'UFC. Mais il ne veut pas brûler d'étapes.
« Je veux monter, mais je veux y aller tranquillement, à mon rythme. Mais je sais que je suis capable. Je me suis entraîné avec des gars de l'UFC récemment et je n'étais pas gêné du tout... »
Le coffre à outils de Pellerin
Yan Pellerin, lui, affrontera l'Albertain Marcus Hicks, qu'il a vaincu une fois en deux combats. À 36 ans, Pellerin n'est certes pas à la même place dans sa carrière que Dyczka,
« Tout de même, j'ai encore des objectifs, a expliqué celui qui va se battre à 185 livres. Je veux ramener ma fiche à ,500 (elle est présentement de 10-13) et je rêve de livrer un combat en sous-carte d'un programme de l'UFC avant de me retirer. Je suis en santé, je me sens bien psychologiquement et mon coffre à outils n'a jamais été aussi bien rempli. »
Pellerin a livré ses premiers combats en arts martiaux mixtes au début des années 2000. Il a vu le sport évoluer et progresser.
« J'ai livré des combats à l'époque où tous les coups étaient permis. Ça reste un sport dur, mais ça n'a plus grand-chose à voir avec ce que c'était au début. Mais moi, je suis encore là. Et j'avoue que j'en tire une certaine fierté. »
On attend une salle comble à La Tohu (environ 2000 personnes) vendredi soir. Le retour de TKO MMA enthousiasme clairement les amateurs d'arts martiaux mixtes du Québec.
« Stéphane Patry (le promoteur) est un homme sérieux et son organisation est sérieuse. Pour le développement de notre sport au Québec, TKO MMA est un gros plus. »