Nathan Bolduc et Émile Morin, des Lynx de Haute-Beauce, ont reçu le trophée La Voix de l’Est remis aux meilleurs gardiens de la classe BB du 48e Tournoi international de hockey bantam de Granby. Les deux gardiens ont reçu le trophée des mains de Jean-François Perreault, conseiller publicitaire à La Voix de l’Est, et de Jonathan Bernier, président d’honneur de l’événement. Bravo Nathan, bravo Émile !

Fricassée sportive, tome 1

Au lieu du traditionnel article en tête de page, je vous propose cette semaine ce que j’appelle une « fricassée sportive », c’est-à-dire un ensemble de mes réflexions cumulées au fil des dernières semaines.

Allons-y donc tout de go… 

L’ancien résident de la Mauricie que je suis, tout comme des centaines d’autres qui habitent aujourd’hui la grande région de Granby, fut très heureux d’apprendre récemment que la ville de Trois-Rivières procèdera à la construction d’un nouveau Colisée, qui était en quelque sorte le rêve du maire Lévesque depuis son entrée en politique municipale.

Ayant été l’un des intimes de Yves lorsque je demeurais dans la cité de Laviolette (son fils Patrick étant le protégé de l’un de mes mentors, André « Moose » Dupont, et de mon très bon ami Paul Corbeil du Groupe Paraphe, une agence de joueurs de hockey), je suis assez bien placé pour savoir que le premier magistrat de la Ville n’a jamais digéré le départ des Draveurs de la LHJMQ vers Sherbrooke en 1992 (ils étaient alors devenus les Faucons), d’autant plus que l’équipe s’était inclinée en finale de la ligue un mois avant le transfert.

Le circuit Courteau ayant depuis ce temps procédé à des expansions et à des transferts de formations dans les Maritimes (à titre d’exemple, nos défunts Prédateurs ne sont-ils pas devenus les Screaming Eagles du Cap-Breton ?) ou vers le Nord québécois (avec notamment Rouyn-Noranda, Val-d’Or et Baie-Comeau), nous assistons cependant ces derniers temps à un certain retour du balancier, car plusieurs nouvelles franchises ont vu le jour au Québec dans des régions qui en avaient déjà accueilli dans un passé pas si lointain. 

C’est le cas du Phoenix de Sherbrooke avec en tête l’ancien cerbère de la LNH Jocelyn Thibault ainsi que l’Armada de Blainville-Boisbriand avec l’ex-défenseur Joël Bouchard — on se souviendra que pendant plusieurs saisons, les amateurs de hockey de la rive nord de Montréal pouvaient encourager les puissants Titans de Laval avant que ceux-ci ne déménagent leurs pénates à Bathurst.

Donc, si la région de Laval et celle de Sherbrooke sont revenues dans le giron du circuit et que Trois-Rivières s’apprête assurément à le faire d’ici deux ou trois ans avec ce nouveau Colisée de 4400 places, serait-il possible de voir Granby rejoindre à nouveau ses rangs à moyen terme ?

Pour ma part, je verrais très bien une multinationale dans le genre d’Agropur adhérer à un tel projet et d’anciens Bisons comme Éric Desjardins et Stéphane Quintal s’y joindre… 

Je disais cela tout bonnement, surtout lorsque l’on sait que les franchises de Bathurst et de Baie-Comeau sont loin, et même très loin, de rouler sur l’or…

En terminant, je m’en voudrais de ne pas souligner l’exploit qu’a accompli, il y a quelques jours, un homme pour lequel j’ai le plus grand des respect : l’ami Normand Cournoyer. Ce dernier a réussi une partie parfaite de 300 dans la ligue du vendredi soir au Quillorama. Toutes mes félicitations ! ! ! 


Avec une organisation à rebâtir, le Canadien ne peut se permettre le luxe d’échapper l’un ou l’autre du tandem Joël Bouchard-Dominique Ducharme afin de donner un nouveau souffle à son club-école.

ON EN JASE AUTOUR D’UN BON CIGARE

Parlant de hockey junior majeur, j’ai été à même de constater de très près durant le temps des Fêtes le travail de Joël Bouchard et de Dominique Ducharme, qui agissait respectivement en tant que directeur général et entraîneur-chef d’Équipe Canada junior. 

Derrière des portes closes, non seulement ces deux hommes sont des travailleurs infatigables, mais pour eux, la collégialité prime et tous leurs subalternes avaient des rôles bien précis, chacun jouissant d’une liberté absolue tout en ayant la confiance de ses patrons. 

Bref, la ligne directrice était claire tout comme les définitions de tâche. À chacune des positions, on recherchait des joueurs répondant à des critères bien précis, dont celui de la polyvalence, et « l’alignement fantôme » (pardonnez ici la mauvaise traduction de « depth chart ») avait été décidé bien avant la tenue du camp final d’évaluation au début du mois de décembre. Il ne restait qu’à placer les joueurs dans les bonnes cases. 

Tout au long du tournoi, je ne pouvais m’empêcher de penser que le Canadien ne pouvait se permettre d’échapper ni Bouchard ni Ducharme dans le but évident de créer une belle banque de relève advenant d’autres saisons de misère avec le grand club, car ceux-ci possèdent non seulement la compétence, mais aussi le charisme pour mener à bien la destinée du Rocket de Laval.

Puis, entre vous et moi, n’est-il pas venu le temps de remplacer Sylvain Lefebvre à la barre du club-école des Glorieux, lui dont les équipes (que ce soit à Hamilton, St. John’s ou Laval) ont pris part aux séries éliminatoires de la LAH une seule fois lors des six dernières saisons ? Comme le dit le merveilleux et subtil « Bergie », poser la question, c’est en quelque sorte y répondre !

Déjà que le CH a manqué de vision en laissant filer l’année dernière l’ex-entraîneur des Olympiques de Gatineau Benoît Groulx (qui était alors qualifié par plusieurs comme le meilleur de sa profession dans le circuit Courteau) au profit de l’organisation du Lightning de Tampa Bay (il dirige présentement de main de maître leur filiale du Crunch de Syracuse), il va sans dire qu’il ne faudrait pas qu’il répète la même erreur avec Ducharme et Bouchard. D’autant plus que l’on prête l’intention aux Canucks de Vancouver de faire une seconde fois la cour à Ducharme dans le but de lui confier les rênes de son club-école de Utica… 

Dans un tout autre ordre d’idées, l’organisation des Inouk, sans que cela ne défraye les manchettes, a réalisé un bon coup au cours des dernières semaines en embauchant l’ami Pierre Dame en tant que dépisteur.

Dame (qui est le conjoint de l’enseignante Carole Allard en plus d’être le papa d’Anthony et de Gabriel, deux jeunes qui se sont illustrés au sein des organisations de hockey mineur et/ou scolaire de notre région) viendra, de par son jugement, assurément aider l’organisation granbyenne à sélectionner les meilleurs espoirs lors du repêchage de juin prochain.