Mickaël Fillion connaissait des débuts fort intéressants au hockey senior. « Je suis surpris d’avoir été échangé », dit-il.

Fortin: «Il fallait réagir»

Miguel Fortin n’aime pas ce qui se passe avec ses Maroons présentement. Et question de secouer sa troupe, il vient d’effectuer deux transactions.

Directeur général associé et entraîneur, Fortin a d’abord obtenu Jordan­ Bernier du Wild de Windsor en retour du défenseur Mickaël Fillion et d’un choix au repêchage. Puis, il a acquis l’arrière Samuel Normandeau­ des Sportifs de Joliette moyennant l’attaquant Tristan Perreault-Gagnon.

La première transaction a de quoi surprendre un brin, puisque Fillion connaissait des débuts fort intéressants avec les Maroons, lui qui s’est adapté très rapidement au hockey de la Ligue senior AAA du Québec. Mais Fortin cherchait à relancer l’avantage numérique de son équipe, qui est lamentable, et il pense avoir mis la main sur le bon élément pour le faire en Bernier, un défenseur capable aussi de jouer à l’avant.

« Bernier est un joueur que j’aime beaucoup depuis longtemps, a-t-il expliqué. C’est un défenseur à caractère offensif, qui possède une bonne vision du jeu et un bon tir. Il a ce qu’il faut pour nous aider à montrer à nouveau des dents en supériorité numérique. »

Bernier a 26 ans et il a joué à Acadie-Bathurst, Baie-Comeau et Gatineau dans la LHJMQ ainsi que dans la Ligue fédérale avant d’aboutir au hockey senior. Il a produit­ partout où il est passé.

Fortin avouera toutefois qu’il a cédé Fillion au Wild à regret.

« Je ne voulais pas échanger Mickaël­. J’ai tenté de refiler un joueur et puis un autre au Wild, mais ça n’a pas fonctionné. C’est vraiment lui que les gens de Windsor­ voulaient. »

Fillion, qui s’était amené à Waterloo­ après avoir joué deux ans en France, a admis qu’il ne s’attendait­ pas à changer de camp.

« Je suis surpris, a dit l’ancien capitaine des Inouk, qui semblait aussi déçu. Mais même au hockey senior, les transactions font partie de la game. »

Fillion va revoir ses anciens coéquipiers rapidement puisque le Wild sera à l’aréna Jacques-Chagnon­ pas plus tard que samedi. Les Maroons devront toutefois se passer de Bernier en fin de semaine, celui-ci étant blessé à une main à la suite d’un combat qu’il a disputé le week-end dernier.

« C’est une blessure mineure », a précisé Fortin.

Jordan Bernier relancera-t-il l’avantage numérique des Maroons ?

Une équipe de tête

Bien que son équipe ait perdu trois de ses quatre derniers matchs, Miguel Fortin est convaincu que les Maroons (5-5) font partie de l’élite de la LHSAAAQ. Dans l’édition de lundi de La Voix de l’Est, il avait affirmé qu’il devait trouver des solutions aux problèmes rencontrés­ par sa troupe.

« Vous pensiez que je n’allais pas bouger, que j’allais rester les bras croisés ? a-t-il demandé. Nous ne sommes pas une équipe de ,500, nous ne sommes pas une équipe de milieu de classement, nous sommes une équipe de tête. Et nous ne jouions plus comme une équipe de tête. Bref, il fallait réagir. »

En Samuel Normandeau, 25 ans, les Maroons ont obtenu un autre défenseur en mesure d’améliorer l’avantage numérique­, pense Fortin. 

« Mais il va aussi solidifier notre défensive. C’est enfin un joueur qui va amener une dose de caractère supplémentaire dans le vestiaire et qui a un bon bagage d’expérience (il a joué à Laval, Saint-Georges et Sorel Tracy dans la Ligue nord-américaine). »

Mais Normandeau non plus ne sera pas en uniforme en fin de semaine. Lui, c’est pour des raisons­ personnelles.

Tristan Perreault-Gagnon, qui prend le chemin de Joliette, avait tout de même amassé sept points en neuf matchs cette saison avec les Maroons. Là encore, Fortin est d’avis qu’il n’avait pas le choix de donner pour recevoir.